Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


mercredi, 28 octobre 2020

 
 

 

Amazon : caisse de soutien des salarié.es de Chicago

Accueil > Secteurs > Commerce et services > Amazon : caisse de soutien des salarié.es de (...)

Des travailleuses et travailleurs de l’entrepôt Amazon DCH1 de Chicago se sont organisé.es dans le collectif Amazonians United et ont lancé une caisse de soutien en ligne.

L’entrepôt DCH1 est un entrepôt de distribution et dont la mission est en lien avec le « dernier kilomètre » ; ce n’est pas un grand centre logistique. Il y a un grand nombre de salarié.es à temps partiel, en CDD ou en intérim, qui enchaînent souvent plusieurs emplois et ne bénéficient pas des mêmes droits sociaux que celles et ceux des centres logistiques d’Amazon. Il s’agit surtout de femmes, de noir.es et d’originaires d’Amérique latine.

Sur place, les membres du collectif Amazonians United demandent, depuis plusieurs jours, la fermeture de l’entrepôt jusqu’à sa désinfection, avec maintien des salaires pour toute cette période. Ils et elles organisent des arrêts de travail avec rassemblements.

Aux Etats Unis, les travailleurs et travailleuses de l’économie liée directement à internet (dont Amazon), sont essentiellement organisé.es en collectifs. Il y a le collectif des Tech Workers (informaticiens) ; le collectif Amazon Employees for Climate Justice, au sein de Google ; le collectif d’action Google Walkout ("Débrayage chez Google") ; et aussi diverses formes d’activisme dans l’industrie du jeu vidéo. En février, les salarié.es de Kickstarter, une plateforme de financement participatif basée à Brooklyn, se sont prononcé.es (46 % pour, 37 % contre) en faveur d’une représentation syndicale. C’est une première dans une grande société de la tech américaine. Ceci arrive dans une période où des scandales impliquant Google, Amazon ou Microsoft se multiplient : harcèlement sexuel, contrats avec des clients qualifiés avec modération de « peu éthiques » … Entre 2017 et en 2019, le nombre d’actions revendicatives de la part de salariés de la tech a presque triplé, selon les données collectées par l’organisation Collective Actions in Tech.

Concernant les entrepôts d’Amazon, le syndicat « naturel » est celui des Teamsters. Mais ils n’ont en réalité aucun lien avec les travailleurs et travailleuses d’Amazon. Le syndicat SEIU (Service Employees International Union) en a, lui, avec le personnel de l’entrepôt Amazon de Shakopee, dans le Minnesota. La majorité est constituée de femmes et d’hommes originaires de l’Afrique de l’est (Somalie, Érythrée, Ethiopie), organisé.es au sein du Centre Awood, qui est un centre social et non un syndicat.

Voir en ligne :
Caisse de soutien