Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


mercredi, 10 août 2022

 
 

 

Après Lviv, les livreurs de Kiev exigent un salaire leur permettant de vivre.

Accueil > International (Fr) > Europe > Après Lviv, les livreurs de Kiev exigent un (...)

Les livreurs de nourriture de la société Bolt en Ukraine demandent une augmentation de salaire après que leurs salaires aient chuté de 60 %. Malgré les efforts souvent héroïques déployés pour livrer des denrées alimentaires dans des conditions de guerre, les livreurs de Bolt à Kiev, en Ukraine, ont vu leurs salaires réduits de 60 %. Ils exigent que la société prenne des mesures immédiates pour augmenter les salaires et assurer l’entretien des véhicules.

Interdits de grève tant que l’Ukraine est soumise à la loi martiale, les livreurs se sont réunis récemment dans les bureaux de Bolt à Kiev pour présenter à l’entreprise leurs revendications, qui comprennent une augmentation des paiements minimaux de 0,82 euro à 1,33 euro par commande, ainsi qu’une hausse de la rémunération au kilomètre de 0,23 euro à 0,40 euros pour compenser la hausse de l’inflation.

« Nos salaires ont été réduits au minimum », a déclaré un livreur lors du rassemblement. « Maintenant, ils essaient de nous obliger à travailler pour quelques centimes. Il est presque impossible de nourrir une personne avec un tel salaire. » Un autre chauffeur a déclaré qu’il devait « travailler 14 heures par jour, 27 jours par mois » pour survivre. Les travailleurs utilisant l’application demandent également à la société de fournir des services de réparation et d’entretien gratuits ou à faible coût pour leurs véhicules, qui sont pour la plupart des vélos et des motos.

« Bolt Food ne compense en aucune façon nos frais de travail », a déclaré un chauffeur. « Nous supportons nous-mêmes les risques. Nous devons entretenir les transports à nos frais, nous devons payer le carburant, les pièces de rechange - et tous les prix viennent de s’envoler, mais nos salaires ont encore été réduits. Ces coûts atteignent 70 à 75 % des revenus aux prix actuels. »

En outre, les travailleurs veulent que Bolt réactive plusieurs fonctions de l’application, comme celle qui permet aux chauffeurs de voir l’adresse du client avant d’accepter le travail. Si le restaurant où ils vont chercher la nourriture n’est qu’à quelques rues du client, ils ne sont payés que pour la courte distance entre le restaurant et le lieu où se trouve le client, même s’ils parcourent des kilomètres pour se rendre au restaurant.
Plus tôt cette année, des chauffeurs de Bolt Food à Lviv ont formulé des demandes similaires auprès de la société après que Bolt ait réduit les salaires de façon si drastique que les travailleurs ne pouvaient plus se permettre de payer l’essence pour leurs véhicules. De nombreux Ukrainiens ont déménagé pendant la guerre à Lviv, un havre de paix relativement sûr près de la frontière polonaise, et les livreurs affirment que Bolt a profité de leur situation difficile alors qu’ils cherchaient désespérément un emploi pour subvenir aux besoins de leur famille. Les livreurs ont obtenu une augmentation de salaire le 5 juillet, qui comprend une augmentation du montant que les chauffeurs reçoivent lorsqu’ils livrent des aliments aux heures de pointe, le week-end, à des heures tardives et par mauvais temps, des dispositions que les livreurs de Kiev veulent également obtenir.

Pertes massives d’emplois et attaques contre les droits des travailleurs
La réduction des salaires de l’entreprise intervient alors que plus d’un tiers des emplois en Ukraine ont été perdus depuis le début de la guerre en février, selon un rapport de l’Organisation internationale du travail publié en mai. L’OIT a prévu que les pertes d’emplois atteindraient 7 millions, soit 43,5 % de la population active, si la guerre se poursuit.

Alors même que la guerre a décimé les emplois et dévaste l’économie, le parlement ukrainien discute d’une loi qui éroderait considérablement les droits des employés dans des domaines couvrant les heures de travail, les conditions de travail, le licenciement et les indemnités après licenciement. La loi rend légal le licenciement d’employés en congé de maladie ou en vacances et permet aux employeurs de faire passer la semaine de travail de 40 à 60 heures, de raccourcir les jours fériés et de supprimer les jours de vacances supplémentaires. Les droits des syndicats seraient également fortement restreints et les employeurs auraient le droit d’annuler unilatéralement les conventions collectives.

Les législateurs affirment que la législation ne s’appliquerait que pendant la guerre. Mais George Sandul, avocat de l’organisation ukrainienne de défense des droits des travailleurs Labor Initiatives, affirme que les syndicats et les experts juridiques craignent que la loi ne soit pas abrogée ensuite.

La législation ne découle pas de la guerre. Des propositions similaires ont été présentées quelques mois avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie. La commission parlementaire des politiques sociales et le ministère de l’économie ont fait pression pour modifier radicalement le droit du travail afin de favoriser les employeurs et de restreindre les droits syndicaux.

Voir en ligne :
Publié par Solidarity Center

18 juillet 2022 Tula Connell
Traduction Patrick Le Tréhondat