Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


mercredi, 10 août 2022

 
 

 

Birmanie : syndicalistes sous la junte militaire

Accueil > International (Fr) > Asie > Birmanie : syndicalistes sous la junte (...)

La répression de l’opposition politique et de la société civile par la junte n’a pas épargné les travailleurs du Myanmar. Les syndicats ont été interdits et de nombreux dirigeants et membres ont été inculpés. Les travailleurs des usines de Yangon ont été parmi les premiers membres du public à protester contre le coup d’État de février 2021. [Deux jours après cette interview, le 7 juillet, environ 2 000 travailleurs d’une usine de vêtements du parc industriel de Zaykabar à Yangon, dans le canton de Mingaladon, se sont mis en grève déclarant que les violations de leurs droits fondamentaux étaient devenues insupportables. Ndt] .Nombre d’entre eux font désormais partie des 1,6 million d’employés qui ont perdu leur emploi dans tout le pays depuis la prise de pouvoir par les militaires, selon l’Organisation internationale du travail (OIT).

Quelque 16 organisations de travailleurs ont été mises hors la loi par le conseil militaire issu du coup d’État, dont le Comité de coordination des syndicats (CCTU). Myanmar Now s’est entretenu avec le secrétaire général de la CCTU, Ye Naing Win, sur la manière dont l’organisation est restée active et sur la manière dont les travailleurs ont été affectés par la répression de la junte.

Myanmar Now : Comment la CCTU fonctionne-t-elle depuis le coup d’État ?
Ye Naing Win : En tant qu’organisation, nous sommes restés sur nos deux pieds depuis le début. Nos moyens se sont réduits, mais cela ne signifie pas que nous ne pouvons pas fonctionner, même si les défis sont nombreux. Nous n’avons plus de locaux. Auparavant, nous étions en mesure d’aider ouvertement les travailleurs en cas de plainte, mais aujourd’hui, nous ne pouvons que leur fournir des suggestions sur ce qu’ils doivent faire et où ils doivent aller.

Comment les ouvriers d’usine en particulier s’en sortent-ils ?
L’instabilité politique et les sanctions internationales ont conduit de nombreuses personnes à perdre leur emploi, les usines ayant été fermées. Les travailleurs qui étaient autrefois des salariés permanents ont été soit licenciés, soit embauchés comme travailleurs journaliers. Moins de plaintes nous ont été déposées. Il y en avait beaucoup, notamment sur les questions de salaire, mais elles ont toutes cessé maintenant. Les protestations ont également presque complètement cessé. Les emplois sont rares et il y a moins d’opportunités. Les travailleurs ne sont plus en sécurité.

Des progrès ont-ils été réalisés par rapport à la période précédente concernant la formation de syndicats pour défendre les droits des travailleurs ?
Il n’était pas très facile de former des syndicats de travailleurs dans les usines, même avant [le coup d’État]. Le gouvernement [civil élu] précédent ne leur permettait d’exercer ce droit que parce que le droit d’association est inclus dans les conventions de l’OIT dont le Myanmar est signataire. La possibilité d’exercer ce droit est devenue presque obsolète depuis le coup d’État. Certains employeurs ont fermé les yeux sur les droits des travailleurs - non pas qu’ils ne l’aient pas fait avant, mais cela a empiré.

Les mécanismes de plainte étaient meilleurs avant. Ils existent toujours aujourd’hui, mais très peu de personnes veulent aider activement les travailleurs restés dans le pays. La majorité des organisations syndicales qui soutenaient ces travailleurs sont parties [en exil]. Les travailleurs ont commencé à perdre leurs droits légaux. Ils ne peuvent plus exiger la reconnaissance de leurs droits car ils doivent donner la priorité au maintien de leur emploi, à l’augmentation de leur salaire et à l’amélioration de leur environnement de travail. C’est pourquoi les projets de création de syndicats de travailleurs ont été stoppés.

Les organisations syndicales peuvent-elles rester dans le pays en toute sécurité ?
Il y a des problèmes dans les deux cas, qu’ils restent ou qu’ils partent. Il y a eu quelques désaccords entre nous et certaines organisations syndicales en exil. Ce n’est pas la première fois que nous sommes confrontés à une dictature militaire. Je travaille sur les questions de travail depuis 2005. Nous sommes déjà passés par là, et nous avons réussi à continuer à travailler. Lorsque nous avons enfin obtenu un gouvernement civil, les choses sont devenues plus faciles et nous avons pu travailler ouvertement et plus largement. Maintenant que nous sommes de retour sous l’ancien système, nous devons simplement travailler comme nous le faisions auparavant.

Certaines organisations syndicales en exil ont critiqué ou condamné des groupes de travailleurs pour notre façon de travailler. Le conseil militaire nous surveille également de près pour voir jusqu’où nous irons, jusqu’où nous nous unirons ou jusqu’à quel point nous les défierons. Mais notre travail est simple : nous devons simplement rester en contact avec les travailleurs.

Comment travaillez-vous avec le ministère du travail de la junte ?
Nous avons uniquement travaillé avec les départements des affaires des travailleurs du ministère. Notre organisation vient d’apporter son aide dans un cas de plainte déposée auprès du conseil d’arbitrage concernant le licenciement de travailleurs. La résolution des conflits du travail par le biais de ce conseil était autrefois pratique, car les plaintes étaient rédigées par les organisations des affaires des travailleurs et les syndicats. Toutefois, les plaintes déposées aujourd’hui ont été rédigées par les travailleurs eux-mêmes, de sorte qu’il manque beaucoup d’informations. Il en résulte des pertes d’informations, même si ce qui est rapporté est correct. J’aide toujours si je constate que quelqu’un a raison et que ce qu’il demande est mérité. Les lois visant à protéger les droits des travailleurs existent depuis l’époque coloniale - elles ne sont pas encore obsolètes. Nous devons être en mesure de mettre en pratique les droits qui sont énoncés, mais nous devons inévitablement être en mesure de signaler les problèmes aux services compétents. On me demande si notre organisation travaille avec la junte. Ce que je réponds, c’est qu’il n’y a pas d’autre endroit pour déposer des plaintes en matière de travail que les instances existantes. Tout ce que nous pouvons faire, c’est leur dire ce qui est dans nos droits et exiger qu’ils exercent pleinement ces droits. S’ils refusent d’obtempérer, ce sont eux qui enfreignent la loi. C’est ma philosophie.

Quels types d’affaires vous a-t-on demandé d’aider récemment ?
Il y a eu un cas où les travailleurs n’ont pas reçu l’intégralité du salaire qui leur était dû lors de la fermeture d’une usine à East Dagon. Ils n’ont pas été payés pendant six mois. Au début, les travailleurs nous ont appelés pour nous dire qu’ils allaient organiser une manifestation dans l’usine. Je leur ai dit de ne pas manifester car cela pourrait entraîner de nouveaux malentendus au lieu d’obtenir ce qu’ils voulaient vraiment. J’ai organisé une négociation directe avec leur employeur et plus de 800 travailleurs ont obtenu les salaires qui leur étaient dus. Ce fut un succès. Les problèmes auxquels la majorité des travailleurs sont confrontés sont liés aux licenciements, à l’absence de compensation ou à la perte d’un emploi salarié au profit d’un salaire journalier. Certains travailleurs journaliers ont été licenciés alors qu’ils espéraient être promus à un emploi salarié. Il s’agit de violations des droits des travailleurs par les employeurs. Certains employeurs étrangers veulent exploiter les travailleurs dans le contexte d’instabilité politique actuel. En réembauchant un travailleur permanent comme salarié précaire, ils économisent six jours de salaire par mois. Lorsqu’ils font cela à des centaines de travailleurs, ils réalisent beaucoup plus de bénéfices. Les travailleurs, quant à eux, n’ont presque plus d’argent pour acheter de la nourriture.

Il y avait autrefois des représentants des travailleurs dans les usines, en plus des syndicats de travailleurs. Sont-ils toujours là ?
Après que la situation se soit un peu calmée à la suite du coup d’État, le ministère du Travail a rouvert ses mécanismes de résolution des problèmes. Des équipes de coordination ont été formées à nouveau dans chaque usine, appelées comités de coordination du travail ou COT. L’administration du travail du régime actuel a déclaré qu’elle ne permettrait pas qu’une plainte soit déposée auprès des autorités sans consultation du COE. Dans certaines usines, il n’y a pas de syndicats de travailleurs, mais il y a un COE. Bien qu’il soit dit qu’ils sont formés avec un ratio employeur/employé égal, les COE sont connus pour travailler en faveur de l’employeur, et ce même sous les deux gouvernements précédents. Il n’est pas si facile de résoudre les problèmes au niveau du comité. Certains syndicats de travailleurs ont disparu lors de la fermeture des usines, et ils ne sont pas en mesure de se reformer. Certaines usines ont encore des syndicats, mais ils ne sont pas opérationnels. En d’autres termes, les syndicats ont peu de marge de manœuvre pour agir, ce qui entraîne davantage de violations des droits des travailleurs. Certains employeurs ont pu menacer et exploiter des travailleurs en raison de cette faiblesse.

Diriez-vous que les travailleurs sont toujours en mesure de revendiquer leurs droits en manifestant ?
Cette administration n’autorise aucun type de grève, et encore moins les grèves de travailleurs. De plus, les grèves de travailleurs sont différentes des autres protestations politiques. Les manifestations d’étudiants sont basées sur leur dévouement : ils restent unis quelles que soient les conditions parce qu’ils sont dévoués à la cause. La lutte des travailleurs, cependant, est basée sur leur besoin fondamental de survivre. En fonction de leurs besoins fondamentaux, leurs combats peuvent être très importants. Une autre chose à prendre en considération est que nous devons atteindre ce pour quoi nous nous battons dans chaque grève - chaque grève doit porter ses fruits. C’est pourquoi nous ne pouvons pas facilement prendre la décision de nous opposer à une administration qui n’autorise pas les grèves.

Cependant, si nous sommes trop fauchés pour acheter de la nourriture, nous devrons commencer à réclamer nos droits. Si des dizaines de milliers de travailleurs sont affamés, ils descendront dans la rue pour protester, sans avoir besoin de les mobiliser...

5 juillet 2022

Han Thit
Traduction Patrick Le Tréhondat