Red Internacional de Solidariedad y de Luchas


Viernes, 14 de diciembre de 2018

 
 

 

Canada : grèves interdites !

Portada del sitio > International > Amériques > Canada : grèves interdites !

La législation canadienne est très restrictive envers le droit de grève des travailleuses et travailleurs. Comme dans d’autres pays, la grève n’est autorisée que durant les quelques mois qui précèdent la négociation des conventions collectives ; encore faut-il que ce soit à l’appel du syndicat majoritaire ! De plus, si la grève se prolonge et que le patronat refuse de négocier, l’État a recours au vote d’une loi, dite « loi spéciale », interdisant la grève et ordonnant aux travailleurs et travailleuses de reprendre le travail. Autant dire que le patronat s’empresse la plupart du temps de ne pas négocier. Et l’État ne manque pas de lui venir en aide : les « lois spéciales » se succèdent, interdisant les grèves.

C’est ce qui vient de se passer, vis-à-vis du mouvement des postiers et postières, organisée par le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (CUPW-STTP), membre du Réseau syndical international de solidarité et de luttes. Amélioration des conditions de travail et paiement des très nombreuses heures supplémentaires sont les revendications prioritaires. Depuis 5 semaines, le CUPW-STTP avait mis en œuvre une grève tournante, avec des périodes différentes selon les provinces. Mais l’État a publié sa « loi spéciale « !

Les organisations membres du Réseau syndical international de solidarité et de luttes réaffirment que la grève est un droit pour tous les travailleurs et les travailleuses ; le mouvement syndical international dans son ensemble doit s’opposer à toutes restriction du droit de grève.

Les organisations membres du Réseau syndical international de solidarité et de luttes soutiennent le CUWP-STTP dans son combat pour le droit de grève, pour un service public postal, et pour l’amélioration des conditions de travail des postiers et postières.

Ci-dessus, une lettre (Fr - Engl) du syndicat CUPWS/STTP invitant les organisations syndicales des autres pays à faire part de leur réprobation au gouvernement canadien