Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


jeudi, 28 mai 2020

 
 

 

Coronavirus : le colonialisme aussi aggrave la situation

Accueil > Le réseau > Coronavirus : le colonialisme aussi aggrave (...)

L’existence du virus n’est pas de la responsabilité du capitalisme ; sa propagation à l’échelle planétaire et l’incurie de nombre de mesures gouvernementales, en revanche, oui. Et, de même que la situation de crise a des conséquences plus dramatiques pour les femmes à cause du patriarcat ou pour les personnes migrantes à cause de la xénophobie, le colonialisme aggrave aussi les choses.

Les populations des pays encore colonisés subissent une peine supplémentaire. Dans ces régions du monde, toute l’économie est tournée vers les besoins des pays colonisateurs. Cela a des conséquences dramatiques dans la crise que nous connaissons : infrastructure, habitat, centres de soins, alimentation, structures sociales, etc., tout est largement en-dessous des besoins ! Se laver les mains souvent est difficile quand il n’y a pas de point d’eau. Une grande partie de la population de ces pays vit « ordinairement » dans des conditions effroyables ; l’état sanitaire de beaucoup accentuera les conséquences dramatiques de la pandémie.

Les gouvernements, les patrons et les riches des pays colonisateurs méprisent la population locale. Cela se traduit aussi en ces temps de crise sanitaire mondiale : le matériel de protection y est insuffisant (ou composé de matériel hors d’état), les consignes coloniales ne tiennent aucun compte des réalités locales. Alors que la population y est, globalement, en moins bonne santé, c’est là que sont affectés moins de moyens…

Et pourquoi faire appel à l’armée, à l’exemple de la France qui envoie deux navires porte-hélicoptères, un vers La Réunion, l’autre vers la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane ? Deux navires militaires mais non médicalisés…

Avec la pandémie, la situation est encore plus dramatique pour les populations où la situation est déjà insupportable en temps "normal", à l’exemple des territoires occupés comme la Palestine et de toutes les zones de guerre.

Le syndicalisme prône l’autodétermination des peuples, l’égalité sociale, l’antiracisme. Les systèmes coloniaux, sous quelques formes et noms que ce soit, sont à l’inverse de cela. C’est pourquoi, les organisations syndicales membres du Réseau syndical international de solidarité et de luttes réaffirment leur volonté de lutter contre le colonialisme, leur solidarité avec les peuples de ces pays, leur exigence de liberté pour ceux-ci et, dans l’immédiat, la mise à disposition de tous les moyens de protection nécessaires (masques, produits hydro-alcoolique, tests de dépistage, etc.) et des mesures d’urgence spécifiques liées à l’état sanitaire local.