Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


jeudi, 17 octobre 2019

 
 

 

Egypte : soutien au mouvement populaire !

Accueil > International > Afrique > Egypte : soutien au mouvement populaire (...)

Vendredi 20 septembre au soir, des centaines de manifestants et manifestantes ont envahi la place Tahrir du Caire, lieu symbolique d’où sont parties les manifestations ayant causé la chute de Moubarak, puis celle de Morsi. Des manifestations se sont aussi tenues dans de nombreuses villes du pays : Alexandrie, Suez, Méhalla, etc. Avant de se faire férocement réprimé.es par la police, les manifestants et manifestantes ont pu crier leur colère contre le régime du maréchal Sissi, accusé de corruption et d’avoir plongé le pays dans une grave crise économique. La révélation des colossales dépenses pour la construction et la décoration de somptueux palais présidentiels fut l’élément déclencheur de cette révolte.

Le peuple égyptien n’en peut plus de l’austérité, de la précarité et de la pauvreté imposés par le régime en place ! D’où ces manifestations qui, contrairement à de précédents mouvements, n’ont pas concerné que la place Tahir et Le Caire mais tout le pays.

La prise de pouvoir par l’armée, en 2013, avait donné le coup d’envoi d’une répression envers les opposantes et opposants politiques de tout bord, et notamment les activistes progressistes, les journalistes et les partisans de l’ancien président Morsi. Les témoignages de torture dans les geôles égyptiennes et les condamnations arbitraires ne se comptent plus.

C’est la première fois depuis de nombreuses années que le peuple égyptien ose, malgré l’ampleur de la répression, reprendre massivement la rue pour affirmer sa colère.

Les organisations membres du Réseau syndical international de solidarité et de luttes  :

  • Dénoncent les arrestations, les « disparitions forcées », les tortures, l’occupation militaire et policière de la Place Tahir et des rues du Caire.
  • Soutiennent le mouvement populaire et seront attentives à ce qui se passera vendredi prochain, date annoncée pour de nouvelles manifestations. En cas de répression, nous ferons connaître la situation auprès des travailleurs et travailleuses de nos différents pays, et nous alerterons les organisations de défense des Droits humains.
  • S’engagent à soutenir les collectifs syndicaux indépendants, comme certaines de nos organisations l’avaient fait avant la chute de Moubarak.