Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


samedi, 19 septembre 2020

 
 

 

Équateur : Explocen en grève ; ni criminels ni terroristes !

Accueil > International (Fr) > Amériques > Équateur : Explocen en grève ; ni criminels ni (...)

Depuis le lundi 13 juillet 2020, les travailleurs d’EXPLOCEN C.A. sont en grève. C’est une grève, légale et pacifique, pour exiger le respect de leurs droits du travail et l’accomplissement d’une série de revendications par la signature d’un nouveau contrat collectif. Stabilité de l’emploi, augmentation des salaires de 30 dollars, respect des années de l’ancienneté, maintien des avantages sociaux, dénonciation d’actes de corruption, sont à la base des revendications qui ont été rejetées depuis 8 ans, sans que les dirigeants de l’entreprise ne soient disposés à présenter une quelconque solution. De plus, dans une attitude inhumaine due à la pandémie de Covid-19, Explocen a quand même licencié cinq travailleurs, et sans compensation, alors qu’ils étaient au service de l’entreprise depuis 25 ans.

Pour ces raisons, coordonnés par le comité des employés, les travailleurs et travailleuses se sont mis en grève pour une durée indéterminée. En raison de l’urgence sanitaire, les grévistes respectent les mesures de biosécurité et des ateliers de formation sont organisés sur les mesures préventives contre le Covid-19, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des locaux. Les hommes et les femmes assument un rôle d’aide et d’engagement financier pour soutenir la grève, en plus de l’échange systématique d’informations, avec une diffusion intense de contenu via Facebook et Twitter, essentielle au succès de la grève.

Pendant ces premières semaines de grève, plus de 50 grévistes sont restés à l’intérieur et devant l’usine. Ils ont reçu des menaces, subi du harcèlement et des intimidations constants, ainsi que plusieurs tentatives d’expulsion violentes de la part de la police nationale. Les installations de l’entreprise, sur l’autoroute Saquisilí-Poaló dans la province de Cotopaxi, restent militarisées et en "état de siège" permanent, selon des déclarations et des vidéos circulant sur les réseaux sociaux. Des véhicules et des camions militaires ont été installés et la surveillance est assurée par des drones, malgré les actions pacifiques et le cadre constitutionnel national et international qui protège le droit de grève.

Tant les organisations syndicales nationales que les mouvements sociaux, syndicats locaux et organisations de défense des droits de l’homme, alertent les citoyens et citoyennes sur les persécutions et les intimidations, et tiennent le gouvernement responsable de l’intégrité des travailleurs et travailleuses en grève pacifique, dénonçant les actions illégales menées par la police nationale, qui prépare illégalement des opérations aux premières heures du matin dont les conséquences pourraient être tragiques.

Explocen C.A. est une société privée fondée en 1977 pour fabriquer, importer et commercialiser des explosifs pour l’industrie minière, le ciment, la construction et la prospection sismique. Ses actionnaires sont l’Institut de sécurité sociale des forces armées (ISSFA) et la société américaine Austin Powder CO. Depuis sa création, Explocen se caractérise par l’exploitation et engrange profits après profits. Pour les capitalistes : tout ; pour les ouvriers : rien.

La solidarité de la classe ouvrière a toujours été présente dans la grève, avec le soutien permanent des différents secteurs syndicaux et sociaux, organisations, syndicats, collectifs ; le mouvement indigène a étendu ses expressions de solidarité et de soutien à cette grève.
Les organisations membres du Réseau syndical international de solidarité et de luttes soutiennent la grève et les revendications des travailleurs d’Explocen, et rejettent la répression de la police et du gouvernement équatoriens en faveur des patrons et contre les travailleurs.

Soutien à la grève des travailleurs d’Explocen !
Pour une réponse immédiate aux demandes, sans licenciements !
Stop à la répression ! Lutter est un droit !