Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


jeudi, 22 juin 2017

 
 

 

Etat espagnol : Barcelone, Saragosse... Soutien aux luttes des travailleurs et travailleuses des entreprises de transport

Accueil > International > Europe > Etat espagnol : Barcelone, Saragosse... (...)

Barcelone, Saragosse : nous sommes aux côtés des travailleurs et des travailleuses.
Les pouvoirs publics municipaux, régionaux et de l’Etat espagnol sont du côté des patrons !

A Barcelone, la municipalité s’attaque au droit de grève. Alors que les travailleurs et les travailleuses des Bus et Métro de Barcelone, avec leur comité de grève avaient décidé d’agir collectivement, la municipalité s’est rangée du côté des patrons : la Mairie a fait pression sur les grévistes et imposé un scandaleux service minimum antigrève !

Au-delà de l’attaque contre cette grève et les grévistes, ces procédés révèlent un antisyndicalisme, une nouvelle offensive envers le droit de grève. D’ailleurs, les patrons espagnols ont de suite renchéri, s’appuyant sur l’attitude de la Municipalité de Barcelone pour demander encore plus de restrictions aux libertés syndicales.

A Saragosse, les travailleurs et les travailleuses des autobus (AUZSA) sont en grève depuis des semaines ; et depuis des semaines, la municipalité de Saragosse refuse de satisfaire les revendications de grévistes.

L’entreprise publique de transport urbain, non seulement utilise pleinement les possibilités offertes aux patrons par les lois qui détruisent les droits des travailleurs et des travailleuses, mais elle n’applique même pas les accords qu’elle a elle-même signé. C’est ainsi que, par exemple, les salaires de 2016 sont ceux de 2012 ! Bien d’autres motifs expliquent le mouvement de grève qui dure maintenant depuis des semaines.

A Barcelone comme à Saragosse, celles et ceux qui gèrent les institutions municipales en refusant de rompre avec le système en place font le choix de l’accompagner et de s’opposer aux luttes que les travaileurs et les travailleuses mènent.

A Barcelone comme à Saragosse, les organisations membres du Réseau syndical international de solidarité et de luttes soutiennent les grévistes des transports publics ; c’est bien l’action directe des travailleurs et des travailleuses qui permet des avancées sociales.