Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


vendredi, 24 septembre 2021

 
 

 

Etats-Unis : Des travailleurs de couleur d’une grande entreprise de bus électriques dénoncent un racisme généralisé

Accueil > International (Fr) > Amériques > Etats-Unis : Des travailleurs de couleur d’une (...)

Les employés actuels (et anciens) de New Flyer, un grand producteur d’autobus électriques qui fournit les agences de transport public dans tout le pays, affirment avoir été confrontés à une discrimination raciale systématique dans les usines de l’entreprise en Californie et en Alabama. Les travailleurs exigent que l’entreprise s’attaque à ce qu’ils appellent « les obstacles fondés sur la race et une culture dans les usines qui permet un racisme direct et indirect ».

Les employés de New Flyer ont travaillé avec Jobs to Move America (JMA), un groupe soutenu par des syndicats qui mène depuis des années une campagne visant à imposer des normes de travail acceptables dans le secteur où opère New Flyer. JMA a négocié avec succès des « accords communautaires » avec BYD et Proterra, les principaux concurrents de New Flyer. Ces accords codifient les pratiques d’embauche axées sur la diversité et la formation de groupes de travailleurs, ce qui les apparente quelque peu à des contrats syndicaux. Ces accords peuvent également inclure des engagements de la part des entreprises à rester neutres lors de toute campagne syndicale.

Une lettre récemment publiée, signée par trois anciens employés de l’usine New Flyer d’Ontario, en Californie, et par deux employés actuels anonymes de l’usine de la société à Anniston, en Alabama, formule six accusations spécifiques : Ils affirment avoir entendu des insultes raciales et des remarques racistes au travail qui n’ont pas été traitées ; qu’un réseau de « bons vieux garçons » composé de superviseurs blancs freine les carrières des travailleurs de couleur ; que les travailleurs de couleur de l’usine sont moins bien payés que leurs homologues blancs ; que les travailleurs noirs ont moins de possibilités d’avancement au travail que les travailleurs blancs ; qu’ils craignent des représailles s’ils signalent des actes de racisme aux RH ; et que lors des licenciements à l’usine d’Ontario, les travailleurs de couleur ont été licenciés avant les travailleurs blancs.

La lettre cite également une étude réalisée en mars 2021 par Emily Erickson, professeur à l’université Alabama A&M, financée par la JMA. Cette étude, basée sur des entretiens avec 100 travailleurs de l’usine New Flyer d’Anniston, a révélé un écart de salaire de 3,14 dollars de l’heure entre les travailleurs blancs et noirs, et que les travailleurs noirs étaient plus susceptibles de se blesser au travail et d’avoir des horaires instables. Deux tiers des travailleurs noirs interrogés ont déclaré que le ,racisme était un problème sur le lieu de travail. (La publication de cette étude a suscité l’envoi au journal d’Anniston d’une lettre du PDG de New Flyer, Paul Soubry, dans laquelle il écrivait : « Les résultats limités et superficiels de l’enquête et les allégations de JMA contre New Flyer en matière de discrimination et de disparité salariale fondée sur la race, entre autres lourdes accusations, sont odieux »).

«  Les travailleurs noirs ont trouvé que c’était plus difficile d’être là. Le manque d’accès aux promotions, le fait d’être mis en première ligne avec des tâches plus difficiles, le fait d’être négligé lorsqu’ils essaient d’obtenir une promotion. C’est le genre d’histoires que nous entendons  », a déclaré Erica Ilheme, directrice dans le sud de la JMA en Alabama, qui aide les travailleurs de New Flyer à s’organiser. « Nous avons commencé à entendre ces sujets évoqués parmi les travailleurs de Californie et d’Alabama, selon lesquels le racisme était un problème dans l’usine. Ils veulent que les gens sachent ce qui se dit. »

L’un des anciens travailleurs de New Flyer qui a signé la lettre est Craig Mosby, un Noir de 52 ans qui a travaillé à l’usine de l’entreprise à Ontario, en Californie, de 2014 à 2017, date à laquelle il a été licencié. Mosby a grandi en Alabama, et a déménagé en Californie en partie dans le but d’échapper au racisme qu’il a connu dans le Sud profond. Et, dit-il, il a rapidement trouvé les mêmes conditions sur la côte ouest.
Mosby affirme que trois mois après avoir commencé à travailler chez New Flyer, plus de la moitié des autres travailleurs noirs avec lesquels il avait commencé avaient démissionné. Ils ont été chassés, dit- il, par la discrimination des superviseurs blancs, qui ont embauché leurs amis et leur famille à des postes de supervision, tandis que les travailleurs noirs continuaient à travailler dans des emplois de bas niveau. Il raconte que les superviseurs blancs forçaient les travailleurs de couleur qu’ils considéraient comme gênants à effectuer le travail le plus difficile et le plus risqué de l’usine, le perçage de trous dans l’acier inoxydable. Il raconte également que les travailleurs se voyaient attribuer des « points », des points d’inaptitude qui les désignaient comme de mauvais employés, pour avoir consulté un médecin - Mosby, un vétéran de l’armée souffrant de troubles du stress post-traumatique, dit avoir obtenu plusieurs points en un seul mois pour avoir suivi des cours hebdomadaires de thérapie de groupe. Il a conservé son poste en apprenant de nombreuses tâches différentes au sein de l’usine, mais a finalement été licencié en janvier 2017, juste après avoir reçu sa première augmentation.

Lindy Norris, porte-parole de New Flyer of America, a contesté un certain nombre d’affirmations contenues dans la lettre et a déclaré que la JMA a mené « une attaque publique, agressive et antagoniste contre la NFA » depuis que l’entreprise a rejeté une demande de 2012 de signer un accord sur les avantages communautaires et une promesse de neutralité syndicale. En rejetant un accord avec la JMA et ses alliés, l’entreprise a publié son propre « cadre d’avantages communautaires », moins strict, qu’elle met en avant sur son site web et dans ses déclarations publiques.

« Nous prenons au sérieux toutes les allégations de racisme, de sexisme, de gestion toxique de la main-d’œuvre et d’inégalité salariale, et nous avons enquêté sur les incidents singuliers et atypiques à la suite des multiples allégations faites par JMA », a déclaré Norris. «  Je peux vous assurer que nous enquêterons vigoureusement sur toute nouvelle allégation faite dans cette dernière lettre de JMA, dans toute la mesure du possible. » Elle a déclaré que les licenciements dans l’usine de l’Ontario « ont été effectués en fonction des compétences, et n’avaient rien à voir avec la race ou la couleur. » Elle a également nié que l’entreprise ait un problème de discrimination raciale en matière de rémunération, affirmant que « les taux de rémunération actuels n’ont rien à voir avec l’âge, le sexe ou la race, mais qu’ils dépendent entièrement de la catégorie d’emploi et des niveaux d’expérience. »

Selon l’entreprise, plus des trois quarts des effectifs de New Flyer au Canada et aux États-Unis sont syndiqués. Le fait que les plus gros clients de New Flyer soient des agences de transport public dans des villes favorables aux syndicats comme New York et Los Angeles offre à JMA un levier stratégique pour sa campagne. Mais il reste à voir ce que ce levier signifiera pour les centaines de travailleurs noirs de l’usine d’Alabama - qui disent dans leur lettre qu’ils ont eu affaire à des collègues portant des symboles du drapeau confédéré, à un directeur raciste qui « a insinué que l’un d’entre nous faisait partie d’un gang » et à un collègue blanc qui a dit qu’il aimerait « tirer sur Obama en pleine figure ». (Les employés actuels qui ont signé la lettre anonymement, In These Times n’a pas été autorisé à parler à l’un d’entre eux sur leurs témoignages).

Selon Erica Ilheme, l’intérêt de rendre publiques les allégations de racisme est en partie de permettre aux travailleurs de se faire entendre. « Il est important que les travailleurs disposent d’un espace pour exprimer les problèmes de racisme dans un lieu sûr », dit-elle. « S’ils l’expriment, ils ne doivent pas être confrontés à un déni ou à un rejet de leurs sentiments.  »

Pour Craig Mosby, père célibataire de quatre enfants, les motivations qui le poussent à parler de son ancien employeur sont ancrées dans l’avenir. « Je veux que mes petits-enfants, ou mes arrière-petits- enfants, soient en un peu meilleure forme, ou [qu’ils aient] une meilleure opportunité. Ou [qu’ils entendent] la vérité », dit-il. « S’il n’y a pas d’opportunité, faites-le savoir. Ne leur faites pas perdre leur temps. »

Voir en ligne :
Le site de Jobs to Move America

Hamilton Nolan, 18 août 2021
Publié par In These Times https://inthesetimes.com/

Traduction Patrick Le Tréhondat