Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


mercredi, 18 mai 2022

 
 

 

États-Unis : Les Teamsters commencent l’année en fanfare, en exigeant de meilleurs contrats en l’honneur de Martin Luther King

Accueil > International (Fr) > Amériques > États-Unis : Les Teamsters commencent l’année (...)

La mobilisation des Teamsters à l’occasion de la journée Martin Luther King est un signe encourageant qui montre que les réformateurs syndicaux récemment élus ont l’intention de se mettre au travail en organisant les membres autour de revendications contractuelles concrètes. Ils et elles auront besoin de cette énergie lors des négociations contractuelles en 2023.

Cette année, la journée Martin Luther King. a vu défiler l’habituel casting de leaders civiques et religieux engagés dans des actions de service communautaire, mais elle a également compté un acteur improbable : le syndicat des Teamsters.

La campagne « Deliver on the Dream » du syndicat visait à s’appuyer sur le véritable héritage de la lutte de Martin Luther King pour la justice économique et raciale. Dans tout le pays et sur plus de 130 lieux de travail différents, les Teamsters se sont mobilisé·es par des rassemblements dans les parkings et des pétitions pour exiger que United Parcel Service (UPS) fasse du Martin Luther King Day un jour férié payé, conformément à une résolution adoptée lors du dernier congrès des Teamsters. Ils et elles ont également exigé que l’entreprise mette fin aux emplois à deux vitesses, crée davantage d’emplois à temps plein et verse un salaire décent aux employé·es à temps partiel.

"Le rêve du Dr King n’est toujours pas réalisé lorsque des travailleur·euses à temps partiel travaillent pour des salaires de misère sans avoir accès à des emplois à temps plein. En luttant pour que le Martin Luther King Day devienne un jour férié payé, les Teamsters d’UPS disent qu’il est temps que nous soyons tous et toutes traité·es avec respect", explique Eliza Schultz, manutentionnaire de colis à temps partiel de Chicago.

UPS fait de plus en plus appel à des travailleur·euses à temps partiel qui sont, de manière disproportionné·es noir·es. Actuellement, dans la convention collective nationale d’UPS, ces postes à temps partiel ont un salaire de départ de seulement 15 dollars de l’heure. Dans de nombreuses régions du pays, UPS recourt à des « ajustements au taux du marché local » pour maintenir les salaires au même niveau que ses concurrents non syndiqués. Répondre aux préoccupations de ces travailleur·euses à temps partiel permettrait d’améliorer la condition de la partie la plus diversifiée sur le plan racial de la main-d’œuvre d’UPS.

Cette journée d’action avait une signification organisationnelle plus large que le jour férié. Elle s’est déroulée au lendemain d’une élection historique de la direction du syndicat qui a porté au pouvoir une liste réformiste, avec à sa tête Sean O’Brien et Fred Zuckerman. Cette liste s’est présentée sur une plateforme de militantisme renouvelé et de rejet du syndicalisme d’affaires de l’ère Hoffa. Le groupe réformateur de longue date Teamsters for a Democratic Union (TDU) a soutenu la liste et a joué un rôle essentiel dans l’arrivée au pouvoir de la coalition.

Mais la nouvelle direction syndicale ne prendra pas ses fonctions avant mars, et de grandes questions se posent pendant cette période de transition. Les réformateurs doivent trouver un moyen de maintenir la coalition électorale gagnante mobilisée et d’apaiser les divisions internes entre les différentes factions avant les négociations contractuelles avec UPS en 2023.

Les sections locales des Teamsters qui étaient dans des camps opposés lors de l’élection se sont unies pour cette journée d’action. Ron Herrera, qui s’est présenté au poste de secrétaire-trésorier général sur la liste de l’opposition, a mobilisé sa section locale 396 à Los Angeles pour soutenir la campagne. Les dirigeants syndicaux et les membres de la base ont reçu les moyens nécessaires pour mener à bien l’action. Les sections locales se sont appuyées sur une culture déjà existante de réunions et de rassemblements dans les parkings pour mobiliser les membres.

Eugene Braswell, conducteur de wagon de marchandises et délégué syndical de la section 804 de la ville de New York, a décrit l’impact de la campagne sur sa section :
« Beaucoup de membres sont venus participer à notre action. Ça a permis aux gens de parler et de montrer leur unité. Nous voulons montrer notre nombre à la compagnie. Lorsqu’ils regardent par la fenêtre et voient beaucoup d’entre nous unis à travers le pays, ils voient que nous allons rester ensemble. C’est la seule chose qui leur montre que nous sommes en train de créer un élan pour le contrat et que la période des concessions est terminée. »

À Atlanta, la section locale 728 se battait déjà depuis des années pour obtenir un congé payé pour le Martin Luther King Day. Ils ont obtenu un soutien communautaire important pour leur action « Deliver on the Dream », avec la participation de groupes tels que la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), l’AFL-CIO), et les DSA (socialistes démocratiques d’Amérique).

Le syndicat aura besoin de cette même énergie dans sa lutte contractuelle avec UPS. UPS a enregistré des bénéfices records de plus de 23 milliards de dollars en 2021, alors que sa main-d’œuvre a été poussée au bord du gouffre au plus fort de la pandémie. Cette lutte pour la convention collective à venir sera un test clé pour le syndicat et ses nouveaux dirigeants. Plus largement, une victoire des Teamsters chez UPS pourrait inciter les travailleur·euses d’autres géants de la logistique, comme Amazon, à s’organiser également.

La journée d’action « Deliver on the Dream » est un premier signe encourageant de la part des réformateurs, qui montrent qu’ils et elles ont l’intention de se mettre au travail en organisant les membres autour de revendications concrètes. Elle a également mis en évidence la possibilité pour cet important syndicat d’agir dans l’unité, malgré les amères divisions entre factions présentes lors de l’élection de la direction. Le temps nous dira si cet élan peut être mis à profit pour obtenir des gains importants pour les travailleur·euses au cœur de l’industrie de la logistique en 2023.

Voir en ligne :
Publié par Jacobin

29 janvier 2022
Paul Prescod

Traduction Patrick Le Tréhondat