Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


mardi, 5 juillet 2022

 
 

 

Etats-Unis : des baristas depuis 3 mois en grève pour faire reconnaître leur syndicat

Accueil > Secteurs > Commerce et services > Etats-Unis : des baristas depuis 3 mois en (...)

Au Great Lakes Coffee, les travailleurs sont sur le piquet de grève pour revendiquer leurs droits, dans le cadre d’un mouvement national croissant visant à se syndiquer dans l’industrie des cafés.

Au Great Lakes Coffee Roasters, un café du quartier Midtown de Détroit, 20 baristas sont en grève depuis le 16 février, exigeant la reconnaissance de leur syndicat. Se faisant appeler les « Camarades du café », ces travailleurs ont lancé l’une des premières grèves de « reconnaissance » - une action syndicale obligeant un employeur à reconnaître un représentant dans la négociation collective - que la ville ait connue depuis des années. Leurs revendications portent sur une augmentation des salaires et une amélioration de la sécurité et des avantages sociaux. Les baristas disent également vouloir établir une nouvelle norme sociale pour les cafés de Détroit, tout en rejoignant un mouvement national de syndicalisation des cafés.

La petite chaîne emploie environ 24 baristas et cuisiniers dans la région métropolitaine, dans le café phare de Midtown et dans quatre autres sites dans des épiceries locales. Les travailleurs s’organisent avec Unite Here Local 24, le syndicat de l’hôtellerie et de la restauration de Detroit Metro, qui représente plus de 7 000 travailleurs dans les secteurs de l’hôtellerie, de la restauration et des aéroports. Après plus de trois mois de grève, la direction a fermé son plus grand magasin et refuse toujours de rencontrer les travailleurs à la table des négociations.

Annabelle Aquino, qui a commencé à travailler en tant que barista dans l’établissement de Midtown l’année dernière, raconte à In These Times qu’elle a aimé faire du café et approfondir les liens avec les membres de sa communauté. Aquino, qui travaille également comme enseignante spécialisée, décrit le café comme un point névralgique dans un quartier animé, et un lieu où les travailleurs organisent leurs propres événements communautaires.

« Mais les choses ont commencé à se dégrader, dit Aquino, car les conditions dans l’industrie du café - notamment les bas salaires et les mauvais horaires - ont rapidement ajouté un stress excessif au travail ». Les baristas des Grands Lacs disent qu’ils gagnent en moyenne un salaire de base de 10 à 11 dollars de l’heure, qui peut atteindre 15 dollars de l’heure avec les pourboires. Sans un salaire décent, de nombreux baristas, dont Aquino, cumulent plusieurs emplois. « En tant que travailleurs travaillant dur et qui faisons notre travail et en plus un travail en dehors de ce que pour quoi nous avons été formés, nous ne recevons pas ce que nous méritons. »

Max Capasso, un barista des Grands Lacs dans un établissement proche, explique qu’en plus des bas salaires, de nombreux travailleurs vivant au jour le jour se voient souvent imposer des réductions importantes de leurs horaires. Capasso, qui dépendait d’une programmation d’au moins 30 heures par semaine, a déclaré que parfois ses heures ont été réduites à moins de 10 heures par semaine sans préavis. « En fin de compte, il s’agit d’une industrie énorme qui gagne beaucoup d’argent, déclare M. Capasso, nous faisons partie du processus qui génère cet argent, et nous n’en recevons pas notre juste part ».

Pour Lex Blom, barista depuis quatre ans à l’établissement Great Lakes de Midtown, la sécurité sur le lieu de travail est une préoccupation urgente. « J’ai travaillé dans le domaine de la soudure et je me suis davantage blessée dans mon travail actuel », déclare Mme Blom. Elle ajoute que la pandémie n’a fait qu’exacerber les problèmes de sécurité, car les appels des baristas de Great Lakes en faveur de protection individuelle et de protocoles Covid-19 plus stricts ont été largement ignorés par la direction.

Lorsqu’une épidémie d’Omicron a ravagé le magasin au début du mois de janvier, 9 des 15 employés ont été malades la même semaine, ne laissant qu’une poignée d’employés pour gérer le magasin. « C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase », déclare Mme Blom, qui avait contracté le virus à la fin du mois de décembre. Bien que Mme Blom ait alerté la direction, elle affirme que les autres travailleurs de Great Lakes n’ont pas été informés de l’exposition au virus, et l’ont plutôt appris par les médias sociaux de Mme Blom.

Le 10 janvier, les travailleurs ont envoyé un courriel à la direction pour demander que le magasin reste fermé jusqu’à ce que les travailleurs soient testés négatifs, ainsi que des arriérés de salaire pour ceux qui ont travaillé pendant l’épidémie soient payés. En réponse, la direction a déclaré qu’elle « assumait les démissions » de tous les employés qui ne se présentaient pas à leur poste. Le syndicat a depuis déposé une requête pour pratique déloyale de travail (ULP), alléguant que la direction menaçait de licencier les employés qui s’abstenaient de travailler pour leur sécurité.

Le lendemain, le magasin a été fermé « temporairement » pour la sécurité des employés et n’a toujours pas rouvert ses portes au début du mois de juin. Les employés qui se sont retrouvés sans travail ont été informés par la direction qu’ils pouvaient reprendre le travail dans deux magasins e la région métropolitaine, bien que les travailleurs affirment que la direction de ces sites a reçu l’ordre de ne pas contacter les travailleurs de Midtown. La plupart des travailleurs ont été contraints de trouver un nouvel emploi pour payer leurs factures. […]

Café solidaire

Sans travail et lassés, les travailleurs ont commencé à s’organiser. Ils ont contacté l’AFL-CIO du Michigan, qui les a mis en contact avec Unite Here à la mi-janvier. Le 16 février, après plus d’un mois sans salaire, 20 des 24 travailleurs de la chaîne ont lancé la grève de « reconnaissance », exigeant la reconnaissance de leur syndicat et une première convention collective. […]

Le 24 mai, les travailleurs ont appris que Great Lakes Coffee prévoyait de fermer définitivement son café phare de Midtown. La nouvelle a été révélée à Unite Here lors du témoignage de la direction dans le cadre d’une audience de 10 jours de la NLRB [agence qui notamment enquête sur les pratiques illégales dans le monde du travail], mais les employés et le public n’avaient pas été informés avant que le syndicat n’en fasse l’annonce. Selon l’avocat des propriétaires, Frank Mamat, la direction maintient que la fermeture est due à l’incapacité de « trouver des personnes qui se sentent à l’aise de travailler là à cause de l’omicron, et des clients qui ont ressenti la même chose ». […]

Au 1er juin, la direction n’a toujours pas reconnu le syndicat. Dans le cadre de la campagne, les propriétaires de Great Lakes, Greg et Lisa Miracle, attribuent les frustrations des travailleurs à la mauvaise gestion du magasin et affirment qu’ils ne peuvent pas se permettre d’accepter les demandes des travailleurs. Greg et Lisa Miracle ont ouvert Great Lakes il y a 10 ans et décrit l’entreprise comme une entreprise familiale durement touchée par la pandémie. Malgré cela, l’entreprise a ouvert trois nouveaux cafés au cours des deux dernières années, dont un à Key West, en Floride. « Nous ne demandons pas trop, dit Aquino, nous demandons juste des salaires décents et des lieux de travail sûrs ». […]

Un mouvement national

Les travailleurs des Grands Lacs ne sont pas seuls dans leur effort d’organisation et d’utilisation de l’action collective pour leurs revendications. Le secteur de la restauration a traditionnellement connu l’un des taux de syndicalisation les plus faibles du pays : le Bureau of Labor Statistics rapporte que seuls environ 3% des travailleurs du secteur de la restauration étaient syndiqués en 2021.

Mais les syndicats de cafés sont en hausse. En 2019, 130 baristas de SPoT Coffee à Buffalo, dans l’État de New York, ont voté pour rejoindre Workers United. En avril 2021, environ 400 baristas de Colectivo Coffee dans le Wisconsin et l’Illinois ont rejoint la Fraternité internationale des ouvriers en électricité (FIOE). En juin 2021, 90 autres baristas de Pavement Coffee - une chaîne de cafés à Boston - ont voté pour s’affilier à Unite Here. Au début du mois de juin, plus de 270 cafés Starbucks ont demandé à se syndiquer avec Starbucks Workers United, une campagne de Workers United, représentant des milliers de baristas dans 37 États. 102 cafés ont voté avec succès pour se syndiquer avec Starbucks Workers United au cours d’une intense campagne de lutte contre les syndicats d’entreprise, et d’autres demandes d’élections syndicales sont déposées chaque jour.

Les baristas des Grands Lacs affirment que le succès de la campagne Starbucks Workers United a contribué à inspirer leur grève actuelle. Mais au-delà de ces victoires, « nous sommes si nombreux à travailler dans ce secteur depuis si longtemps que tout le monde en a marre », déclare Mme Capasso.

Mme Capasso, qui fait quotidiennement du piquetage devant l’épicerie Meijer où se trouve un kiosque des Grands Lacs, décrit les conversations qu’elle a eues sur le syndicat avec les employés de l’épicerie arrivant chaque jour au travail. « Malheureusement, les gens ont l’habitude d’être déçus par les politiques progressistes, ou par l’idée que l’on peut changer quoi que ce soit... C’est pourquoi nous nous donnons vraiment à fond pour que ça marche, parce que nous voulons vraiment avoir quelque chose pour montrer que l’on peut faire la différence, que l’on peut résister aux choses », dit Capasso. […]

Diana Hussein, responsable des communications pour Unite Here International, explique que le syndicat a constaté un intérêt accru pour la syndicalisation au cours des dernières années, et que la pandémie a poussé les frustrations de nombreux travailleurs à un point de basculement.

Elle note qu’en 2021, près de 7 % des travailleurs du secteur de la restauration et de l’hôtellerie ont quitté leur emploi ou ont même entièrement quitté le secteur, ce qui représente le taux le plus élevé de tous les secteurs. « C’est quelque chose de très significatif en ce moment, où l’on voit une grande partie de la population générale quitter son emploi et se lancer dans une nouvelle carrière, en particulier dans ce secteur, mais ces personnes optent pour une voie différente », explique Mme Hussein.
« Vous pouvez torréfier le meilleur café du monde, il ne sera toujours aussi bon que le barista qui vous le sert au comptoir », déclare M. Blom. « Il est temps que les baristas, non seulement de Great Lakes Coffee mais aussi de Détroit et de l’industrie du café en général, soient traités avec le respect et la dignité qu’il faut pour pouvoir exercer ce métier au quotidien. »

Voir en ligne :
Publié par In These Times

1er juin 2022
Hannah Faris

Traduction Patrick Le Tréhondat