Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


samedi, 7 décembre 2019

 
 

 

Grève du 8 mars : appel du Réseau

Accueil > Réflexions et débats > Femmes, droits des femmes > Grève du 8 mars : appel du Réseau

Dans le cadre de notre engagement anticapitaliste, le Réseau syndical international de solidarité et de luttes dénonce le rôle du patriarcat qui contribue à reproduire et perpétuer l’exploitation de la classe ouvrière basée sur la soumission et la double exploitation des femmes et de toutes les identités sexuelles différentes de l’homme hétérosexuel. Quand nous parlons de femmes au pluriel, nous voulons les nommer toutes : filles, adultes et femmes âgées, lesbiennes, trans, bisexuelles, cis, mères, salariées, travailleuses, femmes, les assassinées, toutes.

La violence contre les femmes est l’une des plus grandes expressions du sexisme. Chaque année dans le monde, des millions de femmes sont dépouillées de leur dignité, violées, maltraitées et assassinées des mains de leurs partenaires, ex-partenaires ou d’hommes qui les considèrent comme leur possession. Ne laissons pas les statistiques nous habituer ; nous en avons assez du terrorisme machiste ; pas un assassinat de plus ! Nous, nous voulons vivre !

Nous combattons avec détermination les gouvernements d’extrême droite qui renforcent encore les pressions envers les femmes et les attaques envers nos droits. Nous défendons le fait que la vie doit être le centre de notre action syndicale et de notre action sociale, car toutes les vies méritent d’être défendues et prises en charge par la société.

Nous affirmons que les soins à la personne sont un travail qui mérite la même valorisation et la même rémunération que tout autre. Or, les femmes font souvent ce travail gratuitement, dans leurs vies privés. Cela a des conséquences sur leur santé, créé une double exploitation et un sentiment de vulnérabilité.

Pour l’égalité des salaires, des retraites, des droits et la coresponsabilité des soins !

Nous exigeons également que l’éducation cesse d’être sexiste et que soient rendues visibles les femmes dans l’Histoire, les Science ou les Arts. Sexisme hors de nos écoles !

Depuis l’appel à une grève internationale des femmes en 2017 visant à montrer que lorsque les femmes s’arrêtent, le monde s’arrête, le Mouvement féministe a tissé des alliances qui doivent permettre de mettre fin aux idées patriarcales, aux inégalités de genre et au capitalisme. C’est pourquoi, cette année encore, le Réseau syndical international de solidarité et de luttes soutient cette mobilisation et appelle à la grève internationale du 8 mars 2019.

Pour l’égalité, contre le sexisme et sa violence : maintenant et toujours auto-défense !

Le 8 mars, la grève générale !