Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


vendredi, 27 mai 2022

 
 

 

Hong Kong : les livreurs de nourriture remportent une première victoire

Accueil > International (Fr) > Asie > Hong Kong : les livreurs de nourriture (...)

Plus de 300 travailleurs du service de livraison Foodpanda de Hong Kong ont entamé une grève de deux jours, les 13 et 14 novembre. Ils ont exigé de l’entreprise qu’elle revienne sur les réductions de salaire et qu’elle règle des problèmes de longue date tels que l’absence de voies de recours pour les travailleurs et la fermeture déraisonnable des comptes des livreurs. Pandamart, le supermarché de Foodpanda, a dû interrompre ses activités pendant cette période et certains restaurants se sont tournés vers la concurrence.

Il s’agit de la troisième grève lancée par les travailleurs de Foodpanda cette année. Après la précédente grève, en juillet, la direction a refusé d’accéder aux demandes des travailleurs, se contentant de faire une vague promesse d’améliorer le système.
Depuis lors, les taux de rémunération ont continué à baisser. Le taux pour les livraisons à moto est passé de 48 HK$ fin juin à 42 HK$ à la mi-novembre, et il est passé de 27 HK$ à 24 HK$ pour les livraisons à pied. Les grévistes ont exigé que les taux de base ne soient pas inférieurs à 50 HK$ pour les livraisons à moto et à 30 HK$ pour les livraisons à pied.

« Foodpanda a recours à des astuces lorsque les livraisons sont lentes », a déclaré Waqas, un représentant des travailleurs. « Elle suspend les livreurs en prétendant que le compte rendu qu’ils ont [des commandes terminées] ne correspondent pas aux spécifications. »

Bien que les travailleurs aient planifié à l’avance leur grève, ils n’avaient qu’une faible idée de la force de leur nombre. L’entreprise sait où se font les commandes de livraison, mais les travailleurs n’ont aucune information concrète sur le nombre d’autres travailleurs opérant dans leur secteur. Les travailleurs en grève avaient prévu que d’autres se rassembleraient à Kwun Tong, Tsing Yi et Kowloon Bay, mais des travailleurs se sont également impliqués dans d’autres zones, comme Hung Hom, To Kwa Wan et Tsim Sha Tsui. Les centaines de travailleurs en grève ont largement dépassé les attentes.

Les livreurs utilisant des motos étaient les plus engagés dans la grève et, parmi eux, les travailleurs sud-asiatiques étaient les plus unis. Comme la plupart d’entre eux travaillent à temps plein, la baisse des tarifs les touche plus durement. Les travailleurs effectuant des livraisons à pied sont généralement des travailleurs à temps partiel et sont moins affectés par les politiques des entreprises. De nombreux livreurs d’origine chinoise se sont également mis en grève, mais ils avaient tendance à ne pas être au premier plan car ils craignaient la liquidation de la plate-forme.

Après deux jours de négociations, Foodpanda a accepté d’apporter des changements concrets en termes de dépôt de plaintes et de fermetures de compte, mais n’a pas cédé aux revendications des travailleurs. Elle n’a promis qu’un gel des tarifs de livraison jusqu’en juillet de l’année prochaine et une prime pour les livraisons effectuées aux heures de pointe en semaine.

La société a tenté de réfuter les informations diffusées par les médias, affirmant que les « frais de service » qu’elle impose aux travailleurs ont augmenté. Mais ses calculs négligent l’évolution de la proportion de travailleurs à temps plein et à temps partiel.
Le taux horaire moyen est calculé en fonction du nombre total de commandes, et du prix de ces commandes divisé par le nombre total d’heures travaillées. La pandémie a entraîné l’expansion du secteur de la livraison de nourriture et, si les livreurs ont pu accepter davantage de commandes, ils ont également dû augmenter la vitesse à laquelle ils travaillaient. Lorsque Foodpanda a baissé les tarifs par commande, elle n’a pas augmenté le taux horaire moyen.

Foodpanda a augmenté ses tarifs pendant les heures de pointe, ce qui signifie que les travailleurs à temps partiel pouvaient gagner plus pendant ces heures. Cela a également eu pour effet de faire augmenter le tarif horaire moyen des services. Bien que les revenus de certains travailleurs à temps partiel aient augmenté, les travailleurs à temps plein se sont sentis obligés d’augmenter leurs heures de travail pour compenser la baisse des revenus tirés du travail pendant les heures creuses. À cet égard, les intérêts des travailleurs à temps plein et à temps partiel sont contradictoires.
La société a également affirmé que son « coût par commande » avait augmenté au cours des six derniers mois, sans préciser ce que cela signifie exactement. Cela pourrait potentiellement inclure les aides aux restaurants et les dépenses promotionnelles, donc, tout au plus, l’entreprise a investi plus de capital en réponse à l’accroissement de la concurrence. Stand News a interviewé un travailleur de Foodpanda qui a qualifié de « conneries » le fait que l’entreprise « réduise les taux de commande puis donne des primes et prétende avoir augmenté les salaires. » Le travailleur a également déclaré que « 90 % des primes aux heures de pointe n’apparaissent que le week-end. »

Résultats des négociations

Les travailleurs ont formulé 15 demandes à l’intention de la direction, mais les cinq qu’ils avaient présentées lors de la précédente grève restent leurs principales préoccupations : l’augmentation du prix de base pour la livraison des commandes, l’installation d’un mécanisme de plainte pour les taux d’acceptation des commandes, l’arrêt de la résiliation déraisonnable des contrats du personnel, la fin du système de paiement à la livraison et l’augmentation de la couverture d’assurance contre les accidents personnels. Sur ces cinq points, le prix de base est le plus important. Ils ont répété à la direction qu’ils ne demandaient pas de prime, et que toute prime devait être supportée par l’entreprise, et non par les travailleurs [en termes de gel de revenu régulier]. Ils ont ajouté qu’étant donné que les restaurants prennent plus de temps pour préparer les repas aux heures de pointe et qu’il y a également plus de trafic et les dangers correspondants, une prime n’est pas suffisante.

Foodpanda a déclaré qu’elle annulerait certains accords salariaux conclus en raison du refus de commandes par des livreurs et qu’elle améliorerait les procédures de plaintes. Elle a augmenté la compensation pour les commandes que les livreurs annulent pour des raisons indépendantes de leur volonté. Elle a également accepté d’utiliser la distance réelle de livraison pour calculer le tarif de chaque commande, plutôt que la distance en ligne droite, et ajoutera des frais de service de 5 HK$ pour les commandes dont la distance est supérieure à 1 km avant que ces changements ne soient mis en œuvre.

Bien que l’entreprise ait enfin proposé des solutions aux problèmes auxquels les livreurs sont confrontés depuis longtemps, le problème de fond demeure. Les plateformes ont toute latitude pour surveiller le comportement des livreurs, calculer les distances qu’ils doivent parcourir et modifier arbitrairement leurs taux de rémunération. Ces algorithmes sont sous le contrôle de l’entreprise, ce qui limite la connaissance que les livreurs ont de leur travail et aussi leur propre pouvoir de négociation.

À l’ère du big data, les travailleurs souffrent d’une grave asymétrie d’information. Foodpanda peut utiliser des données qui correspondent à ses intérêts, les présentant comme des faits sans que l’on sache clairement comment ses conclusions sont générées. Les chauffeurs n’ont aucune idée du nombre de commandes passées dans leur district, des zones dans lesquelles des grèves affecteraient le plus les bénéfices de l’entreprise, ni de la proportion de travailleurs à temps plein par rapport à ceux à temps partiel.

Dans leurs rangs, les travailleurs ne sont pas non plus unifiés, puisque les intérêts des travailleurs à temps partiel et à temps plein diffèrent. Ce qui peut être satisfaisant pour le conducteur occasionnel ne l’est pas pour celui qui travaille à temps plein. Ces facteurs rendent plus difficile la coordination des revendications salariales et autres en matière de statut professionnel et d’assurance.

Pendant la grève, par exemple, certains travailleurs ont simplement changé pour travailler pour Deliveroo. Pourtant, d’autres facteurs ont rapproché les travailleurs, comme des origines régionales communes, des expériences vécues et des problèmes communs avec la plateforme.

Au cours des six prochains mois, Foodpanda examinera probablement comment réduire les coûts. Les travailleurs seront probablement confrontés à d’autres réductions de salaire à l’avenir. Pourtant, cette grève a montré que l’action collective peut donner des résultats. De plus, cette grève a jeté les bases de réseaux de travailleurs et d’une expérience d’organisation qui pourront être exploités à l’avenir.

Voir en ligne :
Publié par China Labor Bulletin

3 décembre 2021

Traduction Patrick Le Tréhondat