Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


dimanche, 15 septembre 2019

 
 

 

Iran : la répression s’accentue encore !

Accueil > International > Asie > Iran : la répression s’accentue encore (...)

Ce texte a été rédigé par des représentants en France de International Alliance in Support of Workers in Iran (IASWI) https://workers-iran.org/about/

Les organisations membres du Réseau syndical international de solidarité et de luttes réaffirment leur solidarité avec le peuple iranien. Informons sur la répression subie par celles et ceux qui réclament justice, démocratie, respects des droits élémentaires...

Lire le texte complet dans le pdf ci-dessous.

Depuis un an, la répression contre les dirigeants et les militants des syndicats et d’autres organisations indépendantes des travailleurs, les grévistes, les femmes militantes, les enseignants et les intellectuels en Iran s’est considérablement accrue et a pris une dimension terrifiante. Au cours de cette période, dans diverses villes iraniennes, en particulier à Téhéran, Arak, Ahvaz, Shoush, Andimeshk, Sanandaj, Tabriz, Machhad, Kermanshah, Kerman, Ispahan, etc., un grand nombre de travailleurs ont fait la grève et manifesté pour obtenir leurs salaires impayés pendants
de longs mois. Ils ont aussi lutté contre les privatisations des entreprises publiques qui dans beaucoup de cas n’ont abouti qu’à la fermeture des usines et au chômage des travailleurs ; ils ont manifesté contre dirigeants corrompus et leurs complices au sein des pouvoirs publics et finalement ils ont lutté pour la libération des travailleurs emprisonnés et les prisonniers politiques. Pendant cette période, les enseignants de plus de cent villes d’Iran se sont mis à grève, à des sit-in et à des manifestations pour leurs revendications économiques, sociales et politiques.

Le 1er mai de cette année, de nombreux groupes des travailleurs à Téhéran et dans d’autres villes du pays, à l’instar de leurs homologues ailleurs dans le monde, ont manifesté pour célébrer la fête du Travail et montrer leur solidarité et leur unité avec le monde du travail et exprimer leurs revendications. La réponse des autorités iraniennes aux protestations et aux revendications des travailleurs, enseignants, femmes et étudiants iraniens était des arrestations généralisées, de passages à tabac, de tortures infligées à des prisonniers, la fabrication des aveux télévisés sous la
contrainte et menace, de longues condamnations et de punitions médiévales honteuses, y compris la peine de flagellation infligée aux femmes et aux hommes.

[…]

La solidarité internationale de la classe ouvrière exige que les travailleurs de tous les pays, en particulier ceux où les travailleurs jouissent encore de certains droits et de liberté d’expression, de réunion et d’association, s’opposent à la politique antisyndicale et antidémocratique de la République islamique d’Iran et exercent des pressions sur leurs gouvernements afin qu’ils exigent le respect des droits des travailleurs en Iran. C’est aussi exiger que les organisations
internationales, y compris l’Organisation Internationale du Travail, ne ferme pas leurs yeux à la violation des droits des travailleurs en Iran.