Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


vendredi, 3 décembre 2021

 
 

 

La grève de la faim des taxis new-yorkais s’achève par une énorme victoire

Accueil > International (Fr) > Amériques > La grève de la faim des taxis new-yorkais (...)

Le maire de Blasio a accepté de réduire les dettes écrasantes qui pèsent sur les chauffeurs de taxi newyorkais. Il y a deux semaines, les chauffeurs de taxi de la ville de New York et leurs soutiens ont entamé une grève de la faim. Leur objectif était de faire pression sur le maire Bill de Blasio [démocrate] et la ville pour qu’ils garantissent les prêts qu’ils ont contractés pour acheter les licences nécessaires à l’exploitation des taxis jaunes.

Mercredi, ils ont remporté une victoire quasi totale. C’est une véritable victoire. Merci aux courageux grévistes de la faim et à l’extraordinaire mouvement des New-Yorkais qui se sont unis pour nos taxis.

Dans un revirement de situation, M. de Blasio a accepté que la ville restructure [ou annule] une partie de la dette que les administrations précédentes ont fait peser sur les chauffeurs. Cela permettra aux chauffeurs de taxi, dont beaucoup doivent encore plus de 500 000 dollars, de réduire leur dette à 170 000 dollars au maximum. Leurs remboursements seront également plafonnés à environ 1 100 dollars par mois.
Jusqu’à présent, l’accord concerne les chauffeurs qui doivent de l’argent à Marblegate, qui est devenu le plus grand détenteur de prêts pour les licences.

Comme je l’ai écrit le mois dernier au début de la grève :
Une enquête du New York Times, récompensée par le prix Pulitzer, a établi en 2019 [que] des prêteurs, des courtiers et des fonctionnaires de la ville ont passé des années à profiter d’un stratagème visant à gonfler les prix des licences de taxi qui permettent aux chauffeurs de la ville de New York d’exploiter des taxis. Les victimes sont les chauffeurs de taxi, pour la plupart immigrés, qui se retrouvent avec des centaines de milliers de dollars de dettes. Il y a eu trois suicides de chauffeurs propriétaires de véhicules ces dernières années.

En septembre, M. de Blasio a tenté de compenser le comportement prédateur des fonctionnaires de la ville en dévoilant un plan d’allègement de la dette. Les membres de la New York Taxi Workers Alliance - l’organisation qui compte 21 000 personnes à l’origine de la grève de la faim - ont estimé que cette proposition, qui aurait pu laisser de nombreux chauffeurs endettés à hauteur de plusieurs centaines de milliers de dollars, était tout à fait inadéquate. Ils ont proposé un nouveau plan qui plafonne l’endettement des chauffeurs à 175 000 dollars en demandant à la ville de garantir leurs prêts.

Après un mois de protestations devant l’hôtel de ville sans obtenir de réponse de la part de de Blasio, les chauffeurs, les élus locaux et d’autres sympathisants, ont lancé une grève de la faim le 20 octobre. Quelques minutes après avoir cessé de manger, Richard Chow - un chauffeur de 63 ans dont le frère Kenny s’était suicidé en 2018 après avoir acheté une licence pour plus de 700 000 dollars - m’a dit qu’il ne savait pas combien de temps il allait tenir. « C’est notre dernier moment pour nous de se battre », a-t-il dit. « Je risque ma vie pour que M. de Blasio sauve la vie de milliers de propriétaires de licences et leurs familles. »

Lors de mes visites sur le site de la grève de la faim, j’ai vu son état se détériorer alors qu’il se contentait d’eau de coco et de Gatorade pour avoir de l’énergie. Lundi, Chow, qui devait encore environ 400 000 dollars pour sa licence, se déplaçait en fauteuil roulant. Deux jours plus tard, après que la représentante Alexandria Ocasio-Cortez [ qui représente l’aile gauche du Parti démocrate] ait appelé de Washington, DC, pour féliciter les grévistes de la faim, il a mangé un avocat nature. C’était son premier aliment solide depuis plus de deux semaines.

Voir en ligne :
Mother Jones

3 novembre 2021
Noah Lanard

Traduction Patrick Le Tréhondat