Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


mercredi, 13 novembre 2019

 
 

 

Les arrestations continuent en Algérie

Accueil > International > Afrique > Les arrestations continuent en Algérie

Dernière en date, celle du militant Kaddour Chouicha à Oran le 24 octobre 2019

Jeudi 24 octobre, Kaddour Chouicha a été arrêté à Oran par la police alors qu’il participait à un rassemblement pacifique pour demander la libération des détenu-es d’opinion du Hirak (le mouvement de manifestations hebdomadaires de la population pour demander la fin du régime de corruption et l’instauration de la démocratie en Algérie). Kaddour Chouicha est le coordinateur national du Syndicat de l’enseignement supérieur solidaire (SESS, syndicat membre de la Confédération autonome des travailleurs et travailleuses en Algérie, (CGATA), le vice-président de la LADDH (Ligue algérienne de défense des droits humains) et le président du bureau d’Oran. Il est aussi un militant du Comité anti-répression d’Oran. La CGATA est membre du Réseau syndical international de solidarité et de luttes et de la Confédération syndicale internationale (CSI).

Notre camarade a été retenu jusque dans la soirée et son téléphone portable a été saisi. Cette arrestation fait suite à de très nombreuses autres depuis des semaines. Dans certains cas, les procureurs aux ordres ont prononcé des peines de prison ferme pour des motifs tels que port de drapeaux prohibés ou atteinte à l’ordre public. Il est reproché à Kaddour Chouicha de participer à un « rassemblement non autorisé et port de banderole appelant à la désobéissance civile ». La banderole en question comportait des photos... de détenu-es d’opinions arrêté-es pour leur participation aux manifestations qui ont commencé au mois de février et rassemblent chaque vendredi, notamment, des millions de personnes dans les rues du pays.

Le Réseau syndical international de solidarité et de luttes dénonce ces manœuvres d’intimidation et s’inquiète du durcissement de la répression ces dernières semaines. Ce n’est pas ainsi que le pouvoir répondra aux attentes de la population massivement mobilisée. Nous soutenons les revendications légitimes de la population algérienne qui demande la fin d’un régime autoritaire et corrompu instauré par l’armée dans les années 90 et qui est responsable du pillage des ressources du pays.

Nous dénonçons le silence complice des gouvernements qui s’abstiennent de soutenir le processus démocratique en Algérie, en particulier celui de la France qui a toujours soutenu tacitement le régime autoritaire algérien en privilégiant ses intérêts économiques au détriment du respect des libertés en Algérie. Le gouvernement français porte la responsabilité de son image très dégradée aux yeux de la population algérienne.

Nous resterons attentifs et attentives à toute atteinte aux droits des algérien-nes mobilisées à qui nous envoyons un chaleureux message de respect et de solidarité, avec ce jour une pensée particulière pour notre camarade Kaddour Chouicha. Nous exigeons pour lui, comme pour toutes les personnes inquiétées et surtout pour celles qui sont en prison, l’arrêt immédiat de toute poursuite et la libération sans délais de celles et ceux qui sont en prison.