Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


mercredi, 18 mai 2022

 
 

 

Les travailleur·euses d’Amazon à Staten Island remportent une victoire historique

Accueil > Secteurs > Commerce et services > Les travailleur·euses d’Amazon à Staten Island (...)

C’est presque comme de l’étoffe magique des films de Disney. Mais hier, l’improbable est devenu réalité lorsqu’un groupe pugnace de travailleur·euses membres de Amazon Labor Union (ALU) a remporté un vote en faveur de la création d’un syndicat dans un entrepôt de Staten Island, dans l’État de New York, remportant une victoire syndicale historique contre le géant des entreprises.

Avant le décompte des voix, la plupart des journalistes avaient écarté les chances du syndicat indépendant, traitant l’organisation comme une curiosité, au mieux. « Je pense que nous avons été ignoré·es », a déclaré jeudi soir Madeline Wesley, trésorière de l’ALU. « Et je pense que cela prendra fin demain lorsque nous serons victorieux ».
L’ALU a remporté une victoire décisive aujourd’hui, en obtenant à une large majorité la création d’un premier espace de travail syndiqué dans le vaste réseau de centres d’exécution, de livraison et de triage d’Amazon à travers les États-Unis. Les installations de la société sont concentrées dans des zones métropolitaines comme New York, Chicago et Los Angeles, ce qui ouvre la voie à davantage d’organisation syndicale.

Le vote à l’entrepôt de Staten Island a été de 2 654 voix en faveur de la formation d’un syndicat contre 2 131. Il y a eu 67 bulletins contestés et 17 annulés ; 8 325 travailleur·euses avaient le droit de voter.

« Nous voulons remercier Jeff Bezos d’être allé dans l’espace, car pendant qu’il était là-haut, nous organisions un syndicat », a déclaré le président de l’ALU, Chris Smalls, après l’annonce des résultats officiels.

Un autre entrepôt du même complexe à Staten Island, le LDJ5, organisera un vote pour se syndiquer avec l’ALU le 25 avril.

Les leaders ont été identifiés

Jeudi soir, à Brooklyn, après le dépouillement des six premières des dix urnes du scrutin, les travailleur·euses étaient fous d’excitation et d’incrédulité, dansant sur du hip-hop et riant.

« Cela semblait être un long shot », a déclaré le vice-président de l’ALU Derrick Palmer à l’extérieur du bâtiment à Bushwick, en pesant chaque mot pour l’accentuer. « Mais nous nous sommes lancés et nous l’avons fait - des travailleur·euses se syndiquant chez le deuxième plus grand employeur privé du pays ».

Plus Palmer parlait de ce qu’ils et elles avaient fait exactement pour accomplir cet exploit impressionnant, plus il était clair que ni la magie ni la chance n’avaient à voir avec la victoire du syndicat ; c’est l’organisation entre travailleur·euses qui a permis d’obtenir des résultats.

Palmer travaille depuis trois ans comme emballeur dans le vaste complexe d’entrepôts d’Amazon. Il estime que sur les 100 personnes de son service, 70 % ont voté oui. « J’ai pratiquement retourné tout mon département », a-t-il dit.

Un autre organisateur de l’ALU, Michael Aguilar, est d’accord avec cette approche. Par exemple, « Cassio [Mendoza] parle à tous les travailleur·euses latinos du bâtiment », a-t-il déclaré.

« Je savais que nous allions gagner grâce à Maddie [Wesley] », a ajouté Aguilar. « Elle est tellement empathique qu’elle peut se connecter avec beaucoup de gens dans le bâtiment. Elle était l’une des principa·les leadeuses. »

Le syndicat indépendant s’est assuré le soutien de bénévoles de divers syndicats et groupes communautaires pour mener une opération téléphonique. Wesley a comptabilisé les soutiens au syndicat au téléphone et à l’extérieur du dépôt de l’établissement ; c’est au cours d’une de ces campagnes qu’elle a recruté Aguilar pour la syndicalisation.

« Nos données faisaient état d’un soutien d’environ 65 %, ce qui comporte évidemment une certaine marge d’erreur, car les personnes qui sont les plus susceptibles de nous parler sont plus susceptibles d’être nos partisan·es », a déclaré Wesley.

La plupart des travailleur·euses auxquel·les j’ai parlé n’utilisaient pas le jargon des syndiqué·es, mais elles et ils avaient clairement cartographié l’entrepôt. « Nous savions dans quels départements, et dans quelles équipes, nous bénéficions d’un soutien solide grâce à la présence de nos militant·es », a déclaré Wesley.

Justine Medina, membre de l’ALU, a attribué à l’ouvrage Organizing Methods in the Steel Industry de William Z. Foster, militant communiste, le sens de l’organisation du groupe et son approche efficace. Elle et d’autres membres du comité d’organisation l’ont lu et discuté, et l’ont distribué aux travailleur·euses pour qu’ils le lisent. (Voir plus bas)

Un travail de l’intérieur

Le fait que la campagne de recrutement ait été menée par les travailleur·euses lui a donné de la crédibilité. Lorsqu’Amazon essayait de présenter le syndicat comme une « tierce partie » extérieure, les arguments de ses consultants hautement rémunérés tombaient à plat, car les travailleur·euses posaient leurs questions à leurs collègues membres de l’ALU.

Les réunions dans la salle de repos ont été décisives, selon Palmer : « J’essayais de convaincre dans la salle de pause pendant mes jours de congé, environ 10 heures par jour, distribuant de la nourriture, parlant aux travailleur·euses et donnant des informations. »

Smalls a dit qu’il a exhorté ses collègues à « venir discuter avec lui. Ne vous fiez pas seulement à ce que vous entendez d’Amazon et aux rumeurs. »

Mais les actions collectives ont également été cruciales. « Nous leur avons montré que nous n’avions peur de rien », a déclaré Smalls. « Nous avons fait des rassemblements devant le bâtiment. Nous leur avons montré en actes, mieux que nous ne pouvions en parler ».

Smalls a organisé un débrayage en mars 2020 pour protester contre l’incapacité de l’entreprise à assurer la sécurité des travailleur·euses face à la pandémie. Amazon l’a ensuite licencié, soi-disant pour avoir violé les protocoles Covid. Le site Vice a rapporté que l’avocat général de l’entreprise a insulté Smalls lors d’une réunion avec les hauts dirigeants, le qualifiant de « pas intelligent ou articulé ».

Ces remarques ont fait du charismatique Smalls le visage de la campagne syndicale. Interrogé sur l’attention des médias, il évoque la lutte collective et souligne que l’ALU fonctionne selon des principes démocratiques, toutes les décisions étant soumises au vote. « Je ne suis que le président par intérim », dit-il. « Je suis temporaire. Ce n’est pas mon syndicat, c’est le syndicat du peuple. »

Vers d’autres d’entrepôts

Debout dehors sous une bruine jeudi soir, il a levé la main et pointé du doigt l’appartement de Brooklyn dont ils ont fait leur base arrière : « Je n’avais que 20 membres au comité exécutif et un comité de travailleur·euses de plus de 100 personnes. Nous avions commencé avec environ quatre personnes ».

Lorsqu’on lui a demandé si l’ALU envisageait de s’affilier à un autre syndicat, il a répondu : « Je dois être avec les gens qui étaient avec moi depuis le premier jour. Nous voulons rester indépendants, et c’est mieux ainsi. C’est comme ça que nous en sommes arrivés là ».

Mais, ajoute-t-il, « quoi que l’on fasse contre Amazon, merde, on a mon soutien ! Il y a beaucoup de bâtiments [Amazon]. Choisissez-en un ! »

Il a comparé la culture de l’ALU à La casa de papel, la série espagnole de Netflix où un cerveau criminel connu sous le nom de « le professeur » réunit une bande de criminels pour affronter l’État et voler des milliards d’euros à la banque nationale. « Appelez-moi le professeur », plaisante-t-il.

Smalls est passé du statut d’espoir du hip-hop à leader syndical. « La vie est folle », a-t-il dit. « C’est tout ce que je peux dire. Qui l’aurait cru ? »

1er avril 2022
Luis Feliz Leon


Comment nous l’avons fait

Mon analyse rapide des succès de l’Amazon Labor Union est assez simple. Nous avons simplement fait ce que nous sommes censés faire : nous avons créé un mouvement dirigé par les travailleur·euses.

Nous avons étudié l’histoire de la création des premiers grands syndicats. Nous avons appris de l’Industrial Workers of the World, et encore plus de la construction du Congress of Industrial Organizations. Nous avons lu Organizing Methods in the Steel Industry de William Z. Foster (un ouvrage incontournable, sérieusement).

Mais voici l’essentiel : vous avez un véritable projet dirigé par des travailleur·euses - une équipe d’organisation dirigée par des Noirs et des Bruns, multiraciale, multinationale, multisexuelle et polyvalente. Vous prenez quelques intégres avec une certaine expérience de l’organisation, mais assurez-vous qu’ils et elles sont prêt·es à travailler et à suivre l’exemple des travailleur·euses qui sont dans l’atelier depuis plus longtemps. Tu fais participer les communistes, tu obtiens quelques socialistes et anarcho- syndicalistes, tu rassembles une large coalition progressiste. Vous faites appel à des camarades sympathisants d’autres syndicats, dans un rôle de soutien.

En fait, il suffit de suivre le livre de jeu de stratégie. N’ayez pas peur de vous battre, de vous salir autant que les patrons le souhaitent, pour égaler ou dépasser l’énergie qu’ils apportent. N’ayez pas peur d’agiter et de contrarier les patrons, comme un syndicat doit le faire. Utilisez tous les outils de votre boîte à outils ; déposez des plaintes pour pratiques de travail déloyales, dès que vous en avez l’occasion. Protestez et faites des actions collectives. Continuez à construire.

C’est le travail difficile, tous les jours : des travailleur·euses qui parlent aux travailleur·euses. Pas seulement des jeux médiatiques, mais de la solidarité, de l’analyse du quotidien et d’ajustement si nécessaire. Travailler en tant que collectif, apprendre ensemble et s’enseigner mutuellement. Revenir à une forme de combat. C’est ainsi que nous avons gagné.

Ce que je décris n’était pas mon plan, mais les efforts des travailleur·euses d’Amazon qui en avaient assez d’être maltraité·es. J’ai eu la chance d’être recrutée par le comité d’organisation en raison de mon expérience d’organisation avec la Ligue des jeunes communistes. J’ai été accueillie à bras ouverts, et cela a complètement changé le cours de ma vie, mais j’ai toujours compris que mon rôle était de suivre l’exemple des travailleur·euses qui étaient là avant moi.

Il s’agissait d’un véritable effort collectif, mené par de brillant·es travailleur·euses d’Amazon poussé·es à s’organiser face à la pandémie et leurs conditions de vie ; Chris Smalls et Derrick Palmer en particulier ont été des leaders formidables. Je pense que ce syndicat montre la véritable possibilité de ce qui est devant nous, en tant que mouvement syndical - si nous nous rappelons simplement comment faire.

Justine Medina (membre du comité d’organisation de l’ALU et emballeuse à l’entrepôt Amazon de JFK8).

Voir en ligne :
Publiée par Labor Notes

Traduction Patrick Le Tréhondat