Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


dimanche, 7 mars 2021

 
 

 

Parc de la Santé (Argentine) : non aux licenciements !

Accueil > International (Fr) > Amériques > Parc de la Santé (Argentine) : non aux (...)

Au plus fort de la pandémie de COVID-19 , les travailleuses et travailleurs du secteur essentiel de la santé, qui ont été applaudis par la société dans son ensemble pendant une grande partie de l’année et qui ont été licenciés, ont une fois de plus demandé leur réintégration. Ce mardi 5 janvier, elles et ils ont organisé une manifestation à l’hôpital Madariaga de Posadas.

Fin novembre 2020, les autorités du Parque de la Salud ont notifié à 23 travailleuses et travailleurs leur licenciement, ce qui, ajouté à un autre dans un hôpital gériatrique et à un autre de la région de la capitale, fait un total de 25 travailleurs et travailleuses licencié·es. Cela se passe là où se trouvait autrefois le plus grand hôpital de la province, l’ancien hôpital Madariaga, où se trouvent actuellement l’école de soins aigus Dr Ramon Madariaga, la maternité et l’hôpital pédiatrique Dr Barreyro. Le gouvernement a baptisé ce complexe hospitalier "Parc de la Santé", et plus de la moitié du budget provincial de la santé y est consacrée.

Quelles étaient les fonctions des travailleurs et travailleuses licencié·es ? Il y a vingt-deux infirmières, un radiologue, un technicien de laboratoire et un directeur d’hôtel. 95% des personnes licenciées sont des femmes, seuls soutiens de famille ; il s’agit pour la plupart d’infirmières diplômées, avec une ancienneté dans le poste allant de 5 à 20 ans de service. Cette province est celle où l’on a enregistré le plus grand nombre de cas de COVID-19 par jour, au cours de la première vague et que les travailleuses et travailleurs licencié·es sont parmi celles et ceux qualifié·es d’essentiel·les dans tous les pays du monde.

Ces travailleuses et travailleurs ont été licencié·es pour le simple fait d’exiger de meilleurs salaires et des conditions de travail décentes tout en étant en première ligne de la pandémie. Les organisations membres du Réseau syndical international de solidarité et de luttes soutiennent les travailleuses et travailleurs licencié·es, exigent leur réintégration et saluent les nombreuses luttes du personnel de santé à travers le monde.