Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


vendredi, 14 août 2020

 
 

 

Personnel soignant, une résistance sociale mondiale

Accueil > Secteurs > Santé > Personnel soignant, une résistance sociale (...)

La déferlante de la pandémie du Covid-19 a vu de nombreuses résistances sociales aux conditions faites aux travailleur·euses dits de première ligne durant la période de confinement. Parmi les différents secteurs du salariat mobilisés pour défendre son intégrité physique face à la défaillance de leur employeur (privé ou étatique) à leur fournir des équipements de protection individuelle suffisants, les infirmières (et aides-soignantes) ont montré un haut niveau de combativité que ce soit à New York, Johannesburg ou encore Séoul. Partout, les mêmes revendications ont été mises en avant sur leurs conditions de travail et de transport ainsi que la question des salaires et de manque de personnel. Les modes d’action ont été souvent identiques, rassemblements, manifestations, droit de retrait et mêmes grèves. Parfois, les organisations syndicales ont déposé des plaintes en justice contre les autorités pour mise en danger de la vie d’autrui. Ces mouvements ont été souvent violemment réprimés : menaces, licenciements, mises à pied, interventions brutales de la police. Dans des hôpitaux publics ou privés les organisations syndicales ont été à la pointe de ces combats. Afin d’offrir un panorama de ces mobilisations nous avons extrait de l’Éphéméride sociale d’une pandémie publiée dans Covid-19, un virus très politique ces chroniques sociales touchant au secteur de la santé, hors France que nous avons actualisé au 8 juin.

[Voir le document Pdf]

8 juin 2020
Patrick Le Tréhondat

Covid-19, un virus très politique, Syllepse, 2020, publié sous forme électronique en téléchargement libre et gratuit sur le site de l’éditeur www.syllepse.net composé de huit livrets ou proposé sous forme papier d’une sélection de textes de 314 pages, 20 euros. L’Ephéméride sociale d’une pandémie a relaté au jour le jour entre le 3 mars et le 18 mai à l’échelle internationale et dans tous les secteurs d’activité les mobilisations et résistances sociales des travailleur·euses à face aux conséquences de la crise sanitaire mondiale.