Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


lundi, 29 novembre 2021

 
 

 

Pour une alliance des syndicats étudiants au niveau européen contre les politiques néo-libérales !

Accueil > Secteurs > Éducation > Pour une alliance des syndicats étudiants au (...)

Ce week-end, une délégation de Solidaires étudiant.e.s s’est rendue à Bruxelles afin de participer aux côtés de l’Union Syndicale Étudiante aux Classes de luttes organisées par les Jeunes FGTB.

Ce fut l’occasion de se rencontrer, de parler de nos luttes communes, d’en apprendre davantage sur nos modes d’organisation mutuels et de discuter des possibilités d’alliances futures en France comme en Belgique.

Force est est de de constater que que les attaques antisociales continuent sans relâche au au niveau européen et partout dans le le monde.

La réforme du décret paysage en Belgique, la réforme des retraites du gouvernement Macron, ou encore la loi sur la libéralisation de l’agriculture en Inde ne sont que des exemples parmi tant d’autres. Au niveau étudiant, nous pouvons observer que le processus de Bologne qui vise à à la standardisation de l’enseignement au niveau européen, afin de de nous rendre compétitif face aux Etats Unis, est est bien bien mis en place dans nos deux pays, notamment avec l’augmentation des frais d’inscriptions pour les étudiant-e-s extra-communautaires en 2018 en France et en 2016 en Belgique. La crise sanitaire n’a fait qu’augmenter une précarité étudiante bien existante, augmentant de fait la sélection sociale à l’entrée de l’université.

Par ailleurs, nous avons pu mettre en lumière de manière assez consensuelle le danger de la montée de l’extrême-droite, donc l’accointance avec le capital ne fait que renforcer une société patriarcale et raciste.

Il est est donc nécessaire de de nous organiser collectivement en tant que classe contre la la bourgeoisie. L’importance d’un syndicalisme de lutte comme outil contre ces systèmes d’exploitation est une évidence.

Nous avons pu mettre en pratique ce constat le lendemain, lorsque nos syndicats se sont rejoints pour manifester pour la régularisation des sans papiers, dans le cadre de la campagne « We are Belgium too ». Les sans papiers, en plus d’êtres traqué-e-s par le gouvernement et la police, sont exploité-e-s en tant que travailleur-euse-s par le patronat qui profite de cette main d’oeuvre peu protégée. Contre la mise en concurrence des travailleur-euse-s avec et sans papier, et pour la régularisation des sans papiers du monde entier !

Pour un salaire étudiant, pour un enseignement libre, gratuit, critique et démocratique : syndiquons-nous !