Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


jeudi, 25 avril 2019

 
 

 

Thaïlande : pour avoir réclamé la sécurité ferroviaire, des dirigeants syndicaux sont licenciés et condamnés à des amendes lourdes

Accueil > Secteurs > Ferroviaire > Le Réseau Rail Sans Frontière > Thaïlande : pour avoir réclamé la sécurité (...)

Le Syndicat des cheminots thaïlandais (SRUT) a organisé une campagne nationale de sécurité ferroviaire à la suite du déraillement fatal du 5 octobre 2009 à la gare de Khao Tao en Thaïlande, faisant sept morts et plusieurs blessés.

Une enquête interne destinée à établir les faits a permis de conclure que la cause principale de cet accident était l’état d’entretien de la locomotive, dans un état dangereux du au manque d’entretien et de réparations.

Le tribunal correctionnel a licencié et emprisonné le conducteur de train au motif qu’il l’avait conduit dans un état d’insécurité. Sur cette base, le tribunal civil a ordonné au chemin de fer thaïlandais et au conducteur de payer des dommages et intérêts aux familles des personnes tou-chées.

La Commission nationale des droits de l’homme de Thaïlande a également conclu que la mau-vaise condition de la locomotive était la cause principale de l’accident.

Suite aux plaintes officielles de la FIOT et de la CSI, le BIT a envoyé ses conclusions et recom-mandations au gouvernement thaïlandais. Ces résultats montrent clairement que la seule faute des dirigeants de SRUT était de souligner à juste titre les conditions de travail dangereuses du système ferroviaire thaïlandais. Cependant, la SRT a licencié six dirigeants de la branche SRUT Hat Yai en 2009 et engagé des poursuites contre sept dirigeants nationaux du SRUT et en a ren-voyé sept autres en 2011. Ces licenciements injustes ont conduit à des campagnes aux niveaux national et international réclamant la réintégration de tous les dirigeants du SRUT.

En 2014, 13 dirigeants ont été réintégrés dans leurs fonctions, mais seuls six d’entre eux ont reçu leur arriéré de salaire. En mars 2018, la Cour suprême du travail a ordonné à sept dirigeants du SRUT de payer des dommages-intérêts s’élevant actuellement à environ 24 millions de Bahts thaïlandais (environ 726 116 USD). Il leur faudrait au moins dix ans avant de rembourser sans compter les dépenses vitales d’eux-mêmes et de leurs familles.

Voir en ligne :
https://www.labourstartcampaigns.ne...