Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


mardi, 24 mai 2022

 
 

 

Victoire écrasante des travailleur·euses mexicain·es de GM pour un syndicat indépendant

Accueil > International (Fr) > Amériques > Victoire écrasante des travailleur·euses (...)

Les travailleur·euses d’une usine automobile de General Motors dans le centre du Mexique ont remporté une victoire écrasante pour un syndicat indépendant lors d’un vote tenu les 1er et 2 février. Il s’agit d’une percée majeure pour les travailleur·euses et les militant·es syndicaux qui cherchent à briser l’étau des syndicats favorables aux employeurs qui ont longtemps dominé le mouvement syndical mexicain.

La participation des 6 300 électeurs de l’usine a été de 88 %. Le syndicat indépendant SINTTIA (Syndicat national des travailleur·euses de l’automobile) a obtenu 4 192 voix, soit 78 % des suffrages. SINTTIA, issu de la campagne réussie qui a évincé le précédent syndicat corrompu l’année dernière, a promis de faire augmenter les salaires et de se battre pour les travailleur·euses dans les ateliers.

Les travailleur·euses de l’usine de Silao ont voté en août dernier pour invalider la convention collective signée par le syndicat national de travailleur·euses de l’automobile bien installé, dirigé par le député Tereso Medina du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI). Ce syndicat était affilié au Congrès du travail mexicain (CTM), la plus grande fédération syndicale du pays.

Les affiliés de la CTM, liés au PRI, parti longtemps au pouvoir, ont longtemps été critiqués pour avoir signé des « conventions » favorables aux employeurs, qui bloquent les bas salaires et empêchent les travailleur·euses d’organiser de véritables syndicats.
Lors du vote de cette semaine, la bagatelle de 247 voix a été attribuée à un autre syndicat affilié à la CTM qui figurait sur le bulletin de vote, et 932 (17 %) à un troisième syndicat connu sous le nom de « Coalition », largement perçu par les travailleur·euses comme une façade de la CTM. (Un quatrième concurrent n’a obtenu que 18 voix).

« Aujourd’hui, je crois que nous, en tant que travailleur·euses, sommes plus uni·es que jamais », a déclaré Alejandra Morales, la principale responsable de SINTTIA, qui travaille à l’usine depuis 11 ans dans le département peinture. « Pas seulement à Silao, mais dans tout le Mexique ».

Le week-end précédant le vote, Mme Morales a déclaré avoir reçu des menaces devant son domicile de la part de trois personnes dans un pick-up dont les plaques d’immatriculation avaient été retirées, dans le cadre de ce qu’elle a appelé une « campagne d’intimidation et de diffamation » par « la mafia des syndicats anti-démocratiques et charro ». Le secrétaire d’organisation du SINTTIA a déclaré avoir reçu des menaces de mort sur Facebook et WhatsApp.

Un coup de fouet pour le mouvement syndical

La victoire du SINTTIA est un coup de fouet pour le mouvement syndical indépendant au Mexique ; le vote a été suivi de près au niveau national et international.

En vertu de la réforme du droit du travail au Mexique, entrée en vigueur en 2019, tous les contrats syndicaux existants doivent faire l’objet d’un vote avant le 1er mai 2023, une mesure visant à permettre aux travailleur·euses de choisir démocratiquement leurs syndicats - une liberté longtemps refusée aux travailleur·euses mexicain·es. La plupart des contrats syndicaux au Mexique ont été signés dans le dos des travailleur·euses par des employeurs comme GM et des responsables syndicaux mexicains corrompus - souvent avant même l’embauche de tout travailleur.

Jusqu’à présent, les votes visant à délégitimer les contrats syndicaux et à ouvrir la voie au choix d’un nouveau syndicat ont été peu nombreux et espacés. À la mi-janvier, des majorités de voix dans seulement 24 lieux de travail - moins de 1 % de ceux où des votes de légitimation ont eu lieu - ont choisi d’éliminer le syndicat existant. L’usine GM de Silao est de loin la plus importante à le faire. C’est aussi la première fois où les travailleur·euses ont voté pour rejoindre un nouveau syndicat.

« Ce que nous espérons, c’est que [les travailleur·euses des] nouvelles entreprises voient qu’ils peuvent battre la CTM », a déclaré Juan Armando Fajardo Rivera, chargé des relations avec la presse pour le syndicat, qui travaille à l’usine depuis 13 ans. « La CTM n’est pas invincible. Si vous voulez un syndicat, vous pouvez l’obtenir avec la nouvelle réforme. »

Soutien international

Les syndicats et les militant·es syndicaux du monde entier ont apporté leur soutien à l’effort de vote en faveur d’un véritable syndicat à GM Silao. L’UAW et l’AFL-CIO ont publié des déclarations demandant au gouvernement mexicain de veiller à ce que le vote soit équitable et exempt d’intimidation. Des syndicalistes du Brésil, du Canada et des États-Unis se sont joints à une délégation internationale pour soutenir le vote ; parmi la délégation brésilienne se trouvaient huit membres de syndicats locaux de GM.

En deuxième place à l’issue du vote, la Coalition liée à la CTM, a attaqué la solidarité internationale manifestée par les syndicats et les travailleur·euses du monde entier en la qualifiant d’« ingérence étrangère », et a agité la peur de la perte d’emplois, un élément central de sa campagne. « Les Canadiens et les Américains veulent emmener notre production dans leurs pays », a déclaré un dirigeant de la Coalition dans une interview accordée à El Financiero.

SINTTIA, pour sa part, s’est réjoui de ce soutien. « La lutte syndicale englobe le monde entier », a déclaré Fajardo Rivera. « Ce n’est pas seulement au Mexique ». « Il est important de reconnaître l’engagement des travailleur·euses d’autres pays », a déclaré Morales, « car il est important que toute la classe ouvrière, pas seulement d’ici mais dans le monde entier, soit en communication constante pour le bien de tous. »

Et ensuite ?

Une fois les résultats certifiés par les autorités mexicaines du travail, SINTTIA entamera des négociations avec GM. En début de semaine, le constructeur automobile a annoncé qu’il avait réalisé un bénéfice record de 10 milliards de dollars l’année dernière.

Les travailleur·euses de l’usine de Silao fabriquent les lucratifs pick-up Chevy Silverado et GMC Sierra, mais gagnent moins de 25 dollars pour 12 heures de travail. Ils et elles souhaitent avant tout une augmentation de salaire. « Ce que les travailleur·euses aimeraient le plus, c’est avoir un salaire décent qui suffise à couvrir leurs [besoins] quotidiens », a déclaré M. Morales.

Parmi les autres revendications mises en avant par SINTTIA dans sa campagne électorale, citons les pauses toilettes, l’amélioration des avantages sociaux, la nourriture et le transport payés par l’entreprise, et une meilleure possibilité de prendre des vacances.

Les syndicats indépendants qui existent dans trois des deux douzaines d’usines d’assemblage automobile du Mexique - chez Nissan, Audi et Volkswagen - ont obtenu des salaires et des avantages plus élevés que ceux où les conventions collectives sont contrôlées par des syndicats liés à la CTM. Ces syndicats, qui ont formé la fédération FESIIAAAN (Fédération des syndicats indépendants des industries de l’automobile, des pièces détachées automobiles, de l’aérospatiale et des pneumatiques) en 2018, ont exprimé haut et fort leur soutien à SINTTIA.
« Nous savons que ces syndicats ont travaillé pendant des années pour obtenir ce qu’ils gagnent aujourd’hui [et] leurs avantages », a déclaré Morales. « Nous avons perdu beaucoup au fil des ans, nous allons donc devoir avancer petit à petit ».

En vertu du droit du travail réformé au Mexique, le syndicat dispose de six mois pour négocier la convention collective et le faire approuver par une majorité des travailleur·euses de l’usine.

Voir en ligne :
Labor Notes

4 février 2022
Dan DiMaggio, Luis Feliz Leon

Traduction Patrick Le Tréhondat