Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


mercredi, 10 août 2022

 
 

 

États-Unis : vers une grève générale des chemins de fer ?

Accueil > Secteurs > Ferroviaire > États-Unis : vers une grève générale des chemins (...)

Après que Biden ait nommé un conseil d’urgence pour aider à résoudre le conflit social, les cheminots préviennent : « Nous avons la capacité d’empêcher les trains de circuler. » Après avoir attendu plus de deux ans pour obtenir une nouvelle convention collective, et encore sous le choc des mesures de réduction des coûts ordonnées par Wall Street, 115 000 travailleurs qui exploitent les chemins de fer de marchandises du pays se rapprochent d’une éventuelle grève, qui pourrait survenir dès septembre.

Dans le but de réduire les dépenses d’exploitation et de récompenser leurs riches actionnaires, les compagnies ferroviaires ont mis en place, ces dernières années, le « Precision scheduled railroading » (PSR), une version de « la production allégée et en flux tendu » qui consiste à réduire les effectifs et à fermer des installations.
« Pendant des années, ils ont coupé et coupé et coupé. Peu importe le secteur ou le terminal, c’était sans discernement », a déclaré Michael Paul Lindsey, un ingénieur de locomotive de l’Union Pacific basé dans l’Idaho.

Au cours des six dernières années, les principaux chemins de fer de classe I [les sociétés de chemins de fer sont classées selon leurs chiffres d’affaires. NdT], tels que BNSF, Union Pacific, CSX et Norfolk Southern, ont réduit leurs effectifs de 29 % (soit environ 45 000 travailleurs), ce qui a entraîné un manque criant de personnel et une pression supplémentaire sur des travailleurs déjà habitués à des horaires longs et irréguliers. M. Lindsey a déclaré que les graves pénuries de personnel ont entraîné « un chaos et une crise constants », les travailleurs étant appelés à toute heure du jour et de la nuit et devant assumer des missions pour lesquelles ils n’étaient pas initialement prévus. La réduction des coûts a également conduit à faire circuler des trains de marchandises avec plus de wagons et de marchandises que l’infrastructure existante ne peut en supporter. Cette réduction des coûts, ainsi que la pénurie de main-d’œuvre, ont largement contribué à la crise de la chaîne d’approvisionnement.

Pendant ce temps, les compagnies ferroviaires restent très rentables, leurs propriétaires ayant empoché 183 milliards de dollars en rachats d’actions et en dividendes depuis 2010.

Vers une grève ?

Depuis janvier 2020, deux coalitions de 12 syndicats ferroviaires - baptisées « United Rail Unions » - sont en négociation avec les grandes compagnies ferroviaires, représentées par le National Carriers’ Conference Committee. Les syndicats comprennent la Brotherhood of Locomotive Engineers and Trainmen (BLET), affiliée aux Teamsters, et le Sheet Metal, Air, Rail and Transportation Workers- Transportation Division (SMART-TD). Les négociations se déroulant à huis clos, peu de détails ont été rendus publics jusqu’à récemment. Mais, outre la question des augmentations et des soins de santé, les travailleurs affirment que l’un des principaux points de discorde est la dotation en personnel. Tout en reconnaissant publiquement que la pénurie de main-d’œuvre constitue une crise et que tout en promettant d’embaucher et de conserver davantage d’employés, les chemins de fer ont exigé que les équipes des trains de marchandises passent de deux travailleurs à un seul.

Que les transporteurs ferroviaires disent « nous sommes d’accord sur le fait qu’il y a une crise du personnel » alors qu’ils sont les seuls à pouvoir atténuer cette crise du personnel, et qu’ils choisissent plutôt de l’exacerber, c’est malhonnête », a déclaré Ron Kaminkow, un ingénieur de locomotive qui a travaillé pour Norfolk Southern et qui travaille maintenant pour Amtrak dans le Nevada.

M. Kaminkow est l’un des dirigeants de Railroad Workers United (RWU), un caucus de solidarité intersyndicale et interprofessionnelle qui rassemble les travailleurs du rail en Amérique du Nord. En janvier, alors que le cycle actuel de négociations contractuelles atteignait le cap des deux ans, le comité directeur de RWU a adopté une résolution exhortant les travailleurs du rail et leurs syndicats à se préparer à une éventuelle grève. Divisés en une douzaine de syndicats de métier distincts et soumis au processus de négociation complexe de la loi sur le travail ferroviaire de 1926, il est devenu extrêmement rare que les cheminots américains fassent grève. Le dernier arrêt de travail de ce type a eu lieu en 1991 et a été rapidement interrompu par un ordre du Congrès en moins de 24 heures.

« Je pense vraiment, vraiment, que cela peut conduire à une grève légitime », a déclaré Lindsey, qui est membre du BLET, à In These Times. La raison en est que les chemins de fer ont choisi de s’obstiner : ils veulent des équipes composées d’un seul homme. Ils ont clairement fait savoir qu’ils ne s’inclineraient pas. »

Au début du mois, les membres du BLET ont voté pour autoriser une grève avec plus de 99 % d’approbation. Entre-temps, les responsables nationaux du syndicat des transports SMART-TD ont fait le premier pas vers l’autorisation d’un arrêt de travail.
« Il n’y a aucun argument fondé sur les faits selon lequel les transporteurs ferroviaires ne peuvent pas se permettre d’accepter les propositions du syndicat, et ils ne font même pas une telle affirmation. Au contraire, rongés par une cupidité d’entreprise qui ferait rougir les Robber barons [Barons voleurs, hommes d’affaires riches et puissants des États-Unis au XIXᵉ siècle. NdT] d’autrefois, ils ne veulent tout simplement pas partager leurs bénéfices records avec leurs employés », a expliqué Dennis R. Pierce, président national de la BLET.

« La vérité est que les trois plus grandes compagnies ferroviaires à la table des négociations ne veulent pas se séparer de leurs bénéfices records, et ne souhaitent pas non plus récompenser les travailleurs qui se sont cassé le cul ces trois dernières années sans augmentation, pour leur permettre d’obtenir ces bénéfices records », a déclaré Jeremy Ferguson, président de SMART-TD.

Dans une déclaration récente, le président-directeur général de l’Association of American Railroads, Ian Jefferies, a déclaré : « En moyenne, les cheminots gagnent 135 000 dollars par année en rémunération totale et en avantages sociaux, ce qui est supérieur à la rémunération moyenne des industries qui emploient 94 % de la main-d’œuvre américaine. Les chemins de fer restent déterminés à conclure un accord qui offre à leurs employés des augmentations de rémunération bien méritées qui les maintiennent parmi les mieux payés de la nation. »

M. Lindsey a déclaré qu’un tel message était intentionnellement trompeur et a accusé les compagnies ferroviaires de « tenter de monter l’Américain moyen l’un contre l’autre ».

« Ils diront aux gens : Ces gars-là gagnent 130 000 dollars par an et ils se plaignent parce qu’ils ne sont qu’une bande d’employés gâtés du syndicat. Ils ne mentionnent pas que nous travaillons sur appel, 365 jours par an, 70 à 90 heures par semaine en service, sans compter le temps passé dans un hôtel loin de chez nous », a déclaré Lindsey. Le salaire moyen d’un conducteur de train est de 67 660 dollars et de 73 490 dollars pour un ingénieur, selon le Bureau of Labor Statistics.

Biden intervient

Les syndicats et les chemins de fer ont entamé une médiation au début de l’année lorsqu’il est devenu évident qu’un accord ne serait pas obtenu par la négociation directe. Les négociations par médiation ont abouti à une impasse en juin.

Conformément à la lourdeur du processus prévu par la loi sur le travail dans les chemins de fer, l’étape suivante était une période de réflexion obligatoire de 30 jours, à l’issue de laquelle l’une ou l’autre des parties aurait pu entamer une « auto-assistance » (c’est-à-dire une grève ou un lock-out), à moins que le président Joe Biden ne nomme un comité présidentiel d’urgence (Presidential Emergency Board, PEB) chargé d’examiner le différend et de formuler des recommandations en vue d’un règlement dans un délai supplémentaire de 30 jours. Ce mois-ci, à la fin de la période de réflexion, Joe Biden est effectivement intervenu et a nommé un PEB
- composé de trois experts juridiques qui ont aidé à résoudre des conflits du travail dans le passé - retardant ainsi la possibilité d’une grève.

La décision de M. Biden n’est pas une surprise, d’autant plus que les dirigeants syndicaux, la direction des chemins de fer et les chargeurs souhaitaient tous ouvertement qu’il intervienne.
« Quiconque pensait que Biden ne nommerait pas un PEB était stupide », a déclaré Kaminkow à In These Times. « L’enjeu politique est trop important. Il sait aussi que nous allons botter le cul des chemins de fer parce qu’il y aura un soutien solide comme le roc pour cette grève et que l’économie s’arrêtera rapidement. »

Au Royaume-Uni, le mois dernier, les cheminots du Syndicat national des travailleurs du rail, de la marine et des transports (RMT) ont bénéficié d’un large soutien public lorsqu’ils ont organisé une grève de trois jours pour des problèmes similaires.

Les recommandations du PEB sont attendues pour la mi-août, après quoi il y aura une autre période de réflexion de 30 jours au cours de laquelle les parties pourront accepter ou rejeter ces recommandations. Si aucun accord n’a été trouvé d’ici là, c’est-à-dire à la mi-septembre, le Railway Labor Act autorise les syndicats à se mettre en grève. Néanmoins, le Congrès pourrait rapidement mettre fin à la grève en intervenant de plusieurs façons, notamment en ordonnant de nouvelles périodes de réflexion, en imposant un arbitrage ou en mettant en œuvre les recommandations du PEB.

Greg Regan, président du département des métiers du transport de l’AFL-CIO, a félicité Biden pour la nomination du PEB.
« Les parties peuvent négocier autour des recommandations du PEB qui favoriseront un accord. C’est ce que veulent les syndicats : ils veulent un contrat que leurs membres ratifieront. Je ne pense donc pas qu’une grève soit imminente », a déclaré M. Regan lors d’une récente interview.

M. Kaminkow a déclaré qu’il n’a pas vu les syndicats ferroviaires mener une réelle campagne de négociation des conventions ou préparer l’organisation et la mobilisation nécessaires pour se préparer à un arrêt de travail.
« Vous ne pouvez pas savoir que nous sommes potentiellement à la veille d’une grève ferroviaire nationale qui engloberait pratiquement tous les terminaux ferroviaires des États-Unis », a-t-il déclaré. « C’est malheureux, car la base est très motivée et a envie de se battre ».

Lindsey a noté que le BLET n’est « pas très transparent au niveau national », mais il a ajouté que ses représentants syndicaux locaux sont utiles. Malheureusement, je n’ai pas vraiment obtenu d’informations de bonne qualité de leur part au niveau national. Ils ont été plutôt discrets », a-t-il déclaré.

« Nous sommes dans la meilleure position que nous ayons jamais eue pour mener une confrontation avec les grands transporteurs ferroviaires », a déclaré Kaminkow. Gâcher cela et faire en sorte que tout le monde aille au travail, rentre chez lui et regarde les nouvelles pour voir s’il y a quelque chose sur le chemin de fer, c’est vraiment manquer une occasion en or de mobiliser et de motiver la base. »

Pourtant, les membres de la base du syndicat s’expriment

En avril, Lindsey a écrit une lettre au Surface Transportation Board - l’agence fédérale qui réglemente le transport ferroviaire de marchandises - expliquant pourquoi tant de travailleurs quittent l’industrie et détaillant les horaires de plus en plus éreintants. La lettre a été publiée dans le magazine professionnel Railway Age et a trouvé un écho auprès des cheminots de tout le pays, les incitant à s’exprimer avec leurs propres courriers ou par des moyens plus créatifs, notamment une page TikTok qui compte maintenant plus de 22 000 adeptes. Sur l’insistance des membres, le BLET a récemment lancé une campagne de sensibilisation du public. En avril, le syndicat - aux côtés de SMART-TD - a organisé une manifestation devant l’assemblée des actionnaires de Berkshire Hathaway, propriétaire de BNSF Railway.

« J’adore l’industrie ferroviaire. C’est la passion de ma vie », a déclaré Lindsey. J’ai toujours voulu que l’industrie s’efforce de s’améliorer, ce qui n’est pas le cas en Amérique. Peu importe qu’il s’agisse de transport ferroviaire de marchandises ou de passagers, à bien des égards, nous sommes très en retard sur ce que nous pourrions faire. »

« Que nous fassions grève ou non, nous devons utiliser tout ce qui est à notre disposition pour faire comprendre aux transporteurs ferroviaires que nous sommes prêts, disposés, capables, mobilisés, éduqués et véhéments dans notre détermination », a déclaré M. Kaminkow. Même si nous ne faisons pas grève, ou si nous faisons grève et qu’on nous ordonne de reprendre le travail après quelques heures, le simple fait de savoir que nous avons ce pouvoir, que nous avons la capacité d’empêcher les trains de circuler, nous montre que c’est nous qui dirigeons vraiment le chemin de fer, pas eux. »

Voir en ligne :
Publié par In these Times

25 juillet 2022
Jeff Schuhrke
Traduction Patrick Le Tréhondat