Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


mardi, 15 juin 2021

 
 

 

Les grévistes de Spectrum créent leur propre fournisseur d’accès à Internet

Accueil > Réflexions et débats > Autogestion, contrôle ouvrier > Les grévistes de Spectrum créent leur propre (...)

Si, pour un certain nombre de raisons, vous souhaitez réduire les télécommunications en cendres et construire un nouveau fournisseur d’accès à Internet sur leurs restes fumants, bonne nouvelle pour vous. Les travailleur·euses de Spectrum [société d’accès à internet] dans la ville de New York, qui ont survécu à une grève angoissante de quatre ans, ont développé leur propre fournisseur d’accès à Internet. Si la ville lui apporte son soutien, la coopérative People’s Choice Communications pourrait libérer les New-Yorkais des gangsters du câble une fois pour toutes.

La ville elle-même se bat presque constamment contre Spectrum. Avec sa montée en puissance à New York, le gouverneur Andrew Cuomo a tenté de l’évincer ; les procureurs généraux ont dû poursuivre la société pour avoir escroqué 2,2 millions de client·es new-yorkais·es ; et la société a été accusée de mettre ses employés en danger, un mois seulement après le début de la pandémie. Les travailleur·euses syndiqués de Spectrum viennent de fêter le quatrième anniversaire de leur grève, au cours de laquelle Charter, la société mère de Spectrum, a fait de son PDG le troisième cadre le mieux rémunéré d’Amérique.

Les travailleur·euses de Spectrum à l’origine de la coopérative, membres de la section 3 du syndicat International Brotherhood of Electrical Workers (IBEW), sont en grève pratiquement depuis que Charter a fait irruption en 2016 et a acheté Time Warner. Les travailleur·euses ont déclaré que l’entreprise n’a montré aucun intérêt pour une négociation de bonne foi sur la convention collective dont elle a hérité, tentant de se débarrasser des pensions et de l’assurance maladie. « Leur objectif était d’essayer d’éliminer le syndicat, et nous pouvions le voir dès la première fois qu’ils sont venus à la table des négociations », a déclaré Troy Walcott, technicien de sondage, gréviste et délégué syndical de la section 3 de l’IBEW, à Gizmodo. « Ils nous ont présenté une offre qu’il nous était impossible d’accepter ».

Walcott a déclaré au site internet Gizmodo que, si certains ont été contraints de retourner travailler chez Spectrum, environ 1 200 des 1 800 grévistes tiennent toujours le coup et parviennent à joindre les deux bouts avec des petits boulots. Walcott a déclaré que les gens perdent leur maison et que la tension a brisé des familles, alors que l’attention des médias s’est dissipée. « Tout le monde fait comme si de rien n’était », a-t-il déclaré. « Nous sommes en quelque sorte un fantôme dans la ville ».

Après avoir tenté de convaincre la ville d’établir un réseau municipal, les organisateurs se sont tournés vers l’idée d’un modèle de propriété coopérative, le genre de concept radical récemment dans le domaine des rêves militants. Les travailleur·euses sont copropriétaires de l’entreprise ; les habitant·es de l’immeuble sont propriétaires du réseau ; la direction ne touche pas un centime. Les résident·es paient les frais d’installation par tranches mensuelles, ce qui, selon les organisateurs, pourrait représenter entre 300 et 400 dollars par appartement. Mais les résident·es couvrent les frais par des paiements mensuels d’environ 10 à 20 dollars, qui couvrent également le service.

En comparaison, l’offre la moins chère de Spectrum est de 50 dollars, avec des forfaits allant jusqu’à 150 dollars, ce qui représente plus du quart du loyer mensuel d’un résident·e d’un logement public.

La coopérative People’s Choice exploite une infrastructure légère et évolutive. Le réseau sans fil fixe est activé par un « réseau maillé » : des antennes sont installées sur les bâtiments individuels, qui reçoivent un signal sans fil du concentrateur central de la coopérative. Les habitant·es des bâtiments connectent ensuite les routeurs via des câbles Ethernet qui fonctionnent normalement.

Sascha Meinrath, un pionnier des réseaux maillés qui a participé à la conception de People’s Choice, a comparé le système à une toile d’araignée. En cas de rupture de lien, les antennes des bâtiments peuvent se connecter et se réacheminer entre elles, ce qui réduit la probabilité de pannes à grande échelle.

La coopérative fait une proposition radicale dans la structure même de l’entreprise. Le fait de répartir le réseau entre les client·es et le fournisseur d’accès à internet entre les mains des travailleur·euses implique que les deux groupes obtiennent une part égale du pouvoir de négociation. Les client·es qui possèdent l’infrastructure auront la possibilité de faire appel à un nouveau fournisseur de services s’ils et elles le souhaitent ; l’inverse est vrai pour les travailleur·euses, qui peuvent retirer leurs services. « Cela signifie que les gens devront collaborer, et je pense que c’est vraiment intéressant », a déclaré Meinrath à Gizmodo. « Cela signifie que nous allons payer des salaires équitables », a-t-il ajouté. « Cela signifie que le service client va être vraiment important ». « Il ne s’agit pas d’une organisation caritative », a ajouté M. Meinrath. « C’est une entreprise sociale durable ».

Cela signifie également que plus les connections augmentent, le service devient moins cher au fur et à mesure que les client·es s’inscrivent. « Une fois que vous aurez atteint une masse critique de personnes, vous serez en mesure d’acheter plus de bande passante en gros, ce qui fera baisser le coût par mégabit de façon spectaculaire », a déclaré M. Meinrath. Par « spectaculairement », j’entends qu’il peut baisser de plusieurs ordres de grandeur. La différence entre un et deux gigas est très différente de la différence entre dix et cent gigas. Il est remarquable de constater à quel point la bande passante est bon marché lorsque vous l’achetez en gros. »

Ils n’ont pas encore calculé tous les coûts, mais ils offriront certainement un meilleur retour sur investissement pour les copropriétaires. Nous disposons rarement d’une mesure précise pour définir combien les télécoms facturent au prix fort, mais une enquête de 2015 a révélé que Comcast [groupe de médias américain] empochait 97 % de marges bénéficiaires. La copropriété exige la transparence. L’argent qui reste après les paiements mensuels minimaux prévus est destiné à financer les services communautaires et à rembourser les copropriétaires sous forme de dividendes.
« Le fait de posséder quelque chose d’aussi important qu’un système de distribution par câble va certainement changer la donne dans la communauté que nous desservons », a déclaré Troy Walcott.

Si un nombre relativement faible de personnes utilisent actuellement le système de la coopérative, People’s Choice affirme qu’il a déjà le potentiel d’atteindre des centaines de milliers d’habitant·es du Bronx.

« Nous avons une grande partie du Bronx couverte par notre antenne », a déclaré Walcott. « Maintenant, nous devons aller bâtiment par bâtiment pour faire savoir aux gens que nous sommes là et commencer à les gagner ». Quelques douzaines de grévistes de Spectrum ont été activement impliquées dans les installations, mais Walcott pense qu’au moins une centaine de travailleur·euses attendent dans les coulisses que le projet prenne de l’ampleur.

Selon M. Walcott, ils sont équipés pour atteindre une vitesse minimale de 25 mégabits par seconde (Mbps) en aval et de 3 Mbps en amont, ce qui est la condition pour être légalement considéré comme une connexion à large bande.

L’offre « internet à faible revenu » de Spectrum est de 30 mégabits par seconde, bien que l’entreprise dit que « les vitesses sans fil peuvent varier. » (Spectrum n’est pas connue pour sa transparence, et en 2018, elle a réglé 174,2 millions de dollars à l’État pour des mensonges présumés). Les organisateurs de la coopérative disent que les vitesses pour les client·es en ligne sont maintenant beaucoup plus élevées que la moyenne minimale de Spectrum, mais ils espèrent qu’en passant à une échelle supérieure, People’s Choice pourra atteindre une vitesse de téléchargement minimale de 50 mégabits par seconde.

« Jusqu’à l’année dernière, l’idée de créer des réseaux maillés, ou des réseaux sans fil fixes, était essentiellement quelque chose que seuls les fortiches en informatique anarchistes faisaient, comme moi-même », a déclaré Erik Forman à Gizmodo. Erik Forman est chargé de recherche à l’Institute for the Cooperative Digital Economy, un centre de recherche qui envisage des alternatives aux grandes plates-formes technologiques appartenant aux travailleur·euses (un exemple de cet effort est une alternative à Uber appartenant aux travailleur·euses). Il se décrit lui-même comme un « développeur de coopératives ». Selon M. Forman, People’s Choice a été construit principalement à la sueur de son front, avec des subventions de ses partenaires Metro IAF, un promoteur de logements abordables à but non lucratif, et BlocPower, une start-up spécialisée dans les énergies renouvelables. L’institut technologique de l’école de droit de Brooklyn, BLIP, a apporté son soutien administratif, selon M. Forman. M. Forman dit qu’il réfléchit à l’idée de coopératives de travailleur·euses depuis qu’il a tenté une tentative de syndicalisation chez Starbucks il y a quelques années.

« Beaucoup de personnes que j’ai rencontrées dans le secteur de la restauration disaient que leur rêve était de posséder un jour leur propre restaurant », dit-il. « J’ai donc commencé à me dire : et si nous dirigions notre énergie non seulement vers la syndicalisation des employé·es, mais aussi vers l’aide aux travailleur·euses pour qu’ils deviennent propriétaires des lieux où ils travaillent ? »

La ville doit maintenant décider si elle accepte l’offre des grévistes de Spectrum. La ville de New York sollicite maintenant des propositions de réseaux sans fil abordables pour les zones mal desservies comme les logements du NYCHA [ organisme public de l’administration de New York qui gère les logements sociaux et habitations à loyer modéré] . Au moment de la publication des offres, Gizmodo n’a pas pu joindre immédiatement un administrateur de la ville pour savoir si elle envisageait d’examiner leur proposition.

Même un investissement initial relativement faible pourrait propulser le réseau dans une dynamique autonome. « Avec un financement initial important, nous pouvons nous adresser à un millier de personnes dès le premier jour », a déclaré M. Meinrath. L’alternative consiste à recruter des lots de 100 client·es qui doivent supporter des dépenses initiales plus élevées pour des éléments tels que des pièces d’équipement individuelles qui pourraient être commandées en gros à un coût bien moindre.

En d’autres termes, il semble que sans aide, l’avenir soit incertain. La qualité du service n’est pas encore totalement garantie (même si elle ne l’est nulle part). La coopérative pourrait avoir des problèmes d’échelle, et il n’est pas certain qu’elle soit en mesure d’employer des salariés à plein temps. Mais le fait que vous payez l’installation avec une facture mensuelle bon marché offre peu de risques aux personnes qui veulent l’essayer.

Et à ce stade, la ville a peu d’excuses pour rejeter une alternative audacieuse dirigée par les travailleur·euses et soutenue par une coalition sociale. « Je sais que la ville sort des sentiers battus en ce qui concerne de nombreux modèles économiques », a déclaré M. Meinrath. « La question ouverte est de savoir si elle joint le geste à la parole. »

Les client·es qui peuvent se permettre de payer les tarifs exorbitants de Spectrum sont en quelque sorte coincés avec l’entreprise. Comme In These Times l’a rapporté en février 2020, la ville a honteusement laissé entendre qu’elle allait renouveler le contrat de franchise de Spectrum, qui est protégé par la loi fédérale. L’État ne peut s’en sortir que dans des « cas particulièrement flagrants ».

People’s Choice donne la priorité au Bronx, un quartier où le service Spectrum fait cruellement défaut. En novembre 2020, le bureau du contrôleur de la ville de New York a estimé que 100 000 étudiants étaient toujours entièrement privés de service internet. Quelques mois seulement après le début de la pandémie, la société a demandé à la FCC [Commission fédérale des communications] d’imposer des plafonds de données, c’est-à-dire des limites artificielles à l’utilisation d’Internet afin de pouvoir facturer davantage. Des milliers de plaintes publiées par le Better Business Bureau de la région métropolitaine de New York font état de pannes de service, de factures surprises pour des services non utilisés et d’augmentations massives des prix.

« Les grandes entreprises de télécommunications sont plus intéressées par le fait de gagner cinquante à cent dollars par mois en servant les gens de l’Upper East Side [quartiers aisés] que ceux du Bronx », a déclaré Forman à Gizmodo. « Ce serait un scandale total si la ville donnait un seul centime de l’argent des contribuables à Spectrum après ce qui a été fait ces quatre dernières années. »

Voir en ligne :
Site de la coopérative People Choice

Whitney Kimball
15 avril
Article pubié sur le site https://gizmodo.com/
Traduction Patrick Le Tréhondat