Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


mercredi, 6 juillet 2022

 
 

 

Les livreurs de Dubaï de nouveau en grève

Accueil > International (Fr) > Europe > Les livreurs de Dubaï de nouveau en grève

Les travailleurs étrangers chargés de la livraison de nourriture aux Émirats arabes unis ont organisé un débrayage massif lundi 9 mai, réclamant de meilleurs salaires et conditions de travail dans une rare action collective dans le pays.

Cette grève fait suite à une action similaire menée ce mois-ci, au cours de laquelle des travailleurs étrangers ont contraint une autre entreprise à suspendre ses projets de réduction des salaires.

Dans le dernier épisode, les chauffeurs de Talabat, l’unité de Delivery Hero au Moyen-Orient, ont commencé lundi soir à refuser d’effectuer des livraisons à Dubaï, centre financier du pays et pôle touristique régional.

Un groupe de chauffeurs de Talabat a déclaré à Reuters, aux premières heures de la matinée de mardi, devant un restaurant de Dubaï, qu’ils avaient été encouragés à agir pour demander un meilleur accord par la grève des livreurs de Deliveroo au début du mois.

Cette grève, qui a massivement perturbé les services de Deliveroo pendant un week-end, a obligé l’entreprise britannique de livraison de nourriture de répondre aux demandes des chauffeurs et de ne pas procéder à des plans de réduction des salaires.

Les syndicats indépendants, les manifestations publiques et les actions collectives sont interdits dans cette autocratie du Golfe riche en pétrole.

Les chauffeurs de Talabat ont déclaré qu’ils demandaient l’équivalent d’une augmentation de 0,54 dollar et 2,59 dollars par commande afin de faire face à la hausse du coût du carburant, qui a augmenté de plus de 30 % cette année aux Émirats arabes unis.

« Si Deliveroo l’accorde… pourquoi nous n’en bénéficions pas ? », a déclaré à Reuters un chauffeur pakistanais de Talabat, qui a requis l’anonymat par crainte de représailles de la part de l’entreprise et des autorités. Les chauffeurs Deliveroo à Dubaï gagnent environ 2,79 dollars par livraison.

Un porte-parole de Talabat a déclaré que ses chauffeurs-livreurs gagnaient en moyenne 3 500 dirhams (953 dollars) par mois. Le nombre d’heures travaillées n’a pas été divulgué.

Il n’y a pas eu de changement récent dans les taux de rémunération et jusqu’à la semaine dernière, 70 % des conducteurs étaient satisfaits de la structure de rémunération de Talabat, a déclaré le porte-parole.

Les chauffeurs de Talabat avec lesquels Reuters s’est entretenu ont toutefois déclaré qu’après avoir payé l’essence, ils gagnaient 2 500 dirhams par mois en travaillant 12 à 14 heures par jour, sept jours sur sept.

Les chauffeurs ont prévenu que la grève pourrait se poursuivre jusqu’à ce que la société s’engage à accorder une augmentation de salaire, bien que certains d’entre eux craignent d’avoir des démêlés avec les autorités si l’action dure trop longtemps.

Les autorités des Émirats arabes unis n’ont pas pu être jointes pour un commentaire. Les groupes de défense des droits de l’homme ont critiqué les Émirats arabes unis et d’autres États du Golfe pour le traitement réservé aux travailleurs migrants faiblement rémunérés, qui représentent une grande partie de la main-d’œuvre.

De nombreux chauffeurs-livreurs aux Émirats arabes unis, y compris ceux qui travaillent pour Talabat et qui ont parlé à Reuters, disent être employés par des agences qui leur font payer illégalement des permis de travail et d’autres frais.

Voir en ligne :
Source : Business Recorder

10 mai 2022

Traduction Patrick Le Tréhondat