Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


mercredi, 10 août 2022

 
 

 

Ukraine : nouvelle loi du travail inacceptable

Accueil > International (Fr) > Europe > Ukraine : nouvelle loi du travail inacceptable

Déclaration de la KVPU

Malgré les avertissements répétés de la Confédération des syndicats indépendants d’Ukraine (KVPU) et d’autres organisations syndicales et institutions internationales, la majorité parlementaire a néanmoins approuvé la première lecture du projet de loi #5371 « Sur les amendements à certains actes législatifs visant à améliorer les relations de travail dans les petites et moyennes entreprises et à réduire la charge administrative sur les activités commerciales ».

Comme indiqué dans la note explicative, l’objectif du projet de loi est d’améliorer la réglementation des relations de travail dans le domaine des petites et moyennes entreprises et de réduire la charge administrative pesant sur les activités des entreprises. Mais en fait, commentant l’adoption de ce projet de loi, Mykhailo Volynets, responsable de la Confédération des syndicats libres d’Ukraine (KVPU), a déclaré qu’il « libère les mains des employeurs et, par essence, sape les droits des travailleurs ».
Le projet de loi propose un certain nombre d’amendements au Code du travail de l’Ukraine, ainsi qu’aux lois « sur les associations professionnelles », « sur les vacances » et « sur les congés ».

Un large éventail de relations de travail est sorti du cadre de la réglementation du Code du travail. En particulier, un régime de réglementation du travail purement contractuel est introduit :
-  pour les petites et moyennes entreprises comptant jusqu’à 250 employés ;
- entre un employeur et un salarié dont le salaire est supérieur à 8 SMIC par mois.
Les parties engagées dans un contrat de travail peuvent régler leurs relations en partie à leur « propre discrétion sur une base mutuellement convenue » sur :
-  - les systèmes de rémunération ;
-  - les normes du travail ;
-  - le montant des salaires, compte tenu de l’effectif minimum légal ;
-  - les primes, les gains et autres rémunérations, les compensations et les primes de sécurité ;
-  les heures de travail et les périodes de repos qui doivent correspondre à la durée de la journée de travail et aux heures de travail ;
- la durée du repos hebdomadaire ;
- les autres droits et garanties.
Cela entraînera une détérioration du contrat de travail pour le salarié par rapport à la législation actuelle.

L’employeur a le droit illimité de rompre unilatéralement le contrat de travail à son initiative (article 498 (2) dans le nouveau Code du travail dans les limites des motifs prévus aux articles 40 et 41 du Code du travail et l’article 41 de la CBE.
Toutefois, le projet de loi n’exige pas que l’employeur fournisse les raisons du licenciement. Par conséquent, un employé ne pourra pas faire appel à un tribunal si ses droits sont violés, car en vertu du projet de loi 5371, l’employeur n’est pas tenu de justifier son licenciement. L’employeur est uniquement tenu de verser l’indemnité fixée dans le contrat de travail.
Le service juridique de la KVPU estime que la proposition visant à accorder à l’employeur le droit illimité de licencier les employés à leur demande n’est pas conforme à la législation européenne.
-  Article 4 de la Convention 158 de l’OIT sur la cessation de l’emploi à l’initiative de l’employeur ;
-  Article 24 de la Charte sociale européenne.
Le projet de loi 5371 comprend également d’autres dispositions discriminatoires à l’égard des employés.
Il permet aux employeurs de fixer des salaires différents pour le même travail, y compris les indemnités, les paiements des heures supplémentaires, les primes, etc. L’employeur pourra également imposer aux salariés des heures supplémentaires, du travail les jours fériés, les jours chômés et les week-ends.

En vertu de l’article 497 (1) de la nouvelle loi travail, il est autorisé de payer les salaires aux employés une fois par mois. Il est vrai que cela n’est pas conforme à l’article 4 de la section II II de la recommandation n° 85 de l’OIT sur la protection des salaires qui stipule que les conditions maximales de paiement des salaires aux employés devraient garantir que les salaires sont payés au moins deux fois par mois.
Le projet du nouvel article 5. Article 21(5) dit que : « Les relations entre l’employé et l’employeur découlant du contrat de travail, dans la mesure où elles ne sont pas réglementées par le présent code, sont régies par les dispositions générales du code civil de l’Ukraine concernant les relations contractuelles. » Ceci est contraire aux principes de base du droit du travail, selon lesquels les relations de travail ne sont pas des relations de droit civil, car l’employeur et l’employé ne sont pas des parties égales à ces relations (l’employeur détermine le lieu et le moment et fixe les règles d’exécution du travail).

« Un tel projet de loi est totalement inacceptable pour quelque raison que ce soit, et tout à fait abusif pendant l’état de guerre, alors que les employés sont déjà intrinsèquement limités dans leurs droits. Le gouvernement ukrainien s’en accommode volontiers pour le moment, conscient de sa responsabilité de préserver la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’État », a ajouté Mykhailo Volynets. Les amendements proposés à la législation du travail contredisent fortement la Constitution ukrainienne, les conventions de l’Organisation internationale du travail ratifiées par l’Ukraine, la Charte sociale européenne et les directives de l’UE que l’Ukraine aspire à rejoindre. Le projet de loi a également été évalué négativement par les organisations chargées de l’application de la loi en Ukraine et à l’étranger, ainsi que par la Confédération internationale des syndicats et l’Organisation internationale du travail. L’Ukraine a besoin d’un Code du travail européen civilisé qui sera une force de frappe pour le retour des travailleurs à l’étranger et des personnes déplacées afin de reconstruire notre pays. Par conséquent, la principale priorité des autorités devrait être la création d’emplois satisfaisants socialement et la garantie de la justice sociale. Mais pour l’instant, il est dommage que certains représentants des autorités aient intérêt à ce que les Ukrainiens en âge de travailler aillent travailler à l’étranger ou restent ici avec des droits diminués pour de bas salaires ».

En outre, l’avis du Comité européen d’intégration sur ce document est le suivant : « Le projet de loi dans la rédaction proposée affaiblit le niveau de protection du travail et réduit la portée des droits du travail et des garanties sociales des salariés par rapport à la législation nationale actuelle. Cela est incompatible avec les obligations de l’Ukraine au titre du traité d’association et n’est pas conforme au droit de l’Union européenne. Par conséquent, il sera utile de rappeler aux auteurs du projet de loi №5371 et à ceux qui ont voté pour son adoption en première lecture que cette initiative législative et des initiatives législatives similaires lèsent les droits des travailleurs. Les députés ne raccourcissent pas, mais allongent le chemin de l’Ukraine vers l’UE. »

Voir en ligne :
Publié par KVPU

18 mai 2022
Traduction Patrick Le Tréhondat