Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


lundi, 29 novembre 2021

 
 

 

Win Ko Oo, un conducteur de train assassiné pour avoir défié les dictateurs du Myanmar

Accueil > International (Fr) > Asie > Win Ko Oo, un conducteur de train assassiné (...)

Win Ko Oo a sacrifié sa carrière - et perdu la vie - parce qu’il ne supportait pas de voir son pays retomber sous le joug militaire.
Par un matin d’août, dans un marché humide de la banlieue industrielle de Mandalay, un homme de 50 ans vend des nouilles et salue joyeusement les autres vendeurs et les clients. Win Ko Oo était connu pour son amabilité. Mais tous ceux qui s’étaient familiarisés avec son visage souriant ne savaient pas qu’il avait eu une vie très différente.

Au début de l’année, Win Ko Oo était un conducteur de train avec 25 ans d’expérience. Mais l’armée a pris le pouvoir, et tout a changé. Ayant vécu les conséquences d’un coup d’État similaire en 1988, il savait qu’il devait résister au retour du régime militaire. Un mois après le renversement du gouvernement civil élu du Myanmar, Win Ko Oo a décidé de rejoindre le mouvement de désobéissance civile (CDM) qui balayait le pays.

« J’ai hésité au début parce que je devais penser à ma famille. Nous n’avions nulle part où aller. Mais finalement, ma haine du régime l’a emporté sur mes inquiétudes quant aux difficultés que nous aurions à affronter, alors j’ai démissionné », a-t-il déclaré à Myanmar Now ce matin d’août.

Les cheminots de Mandalay ont été parmi les premiers à rejoindre le mouvement en grand nombre. Dans le département auquel Win Ko Oo appartenait, 285 des 319 membres du personnel ont quitté le travail dans le but d’empêcher le régime de contrôler l’État. Des centaines d’employé·es des chemins de fer et leurs familles ont ainsi été contraint·es de quitter le complexe résidentiel où vivaient la plupart des grévistes.

Mais en tant que l’un des leaders des travailleurs protestataires, Win Ko Oo avait aussi une autre raison de s’inquiéter : un mandat d’arrêt contre lui pour incitation [à la rébellion].

Sentant qu’il ne pouvait plus se permettre de prendre de risques, Win Ko Oo a décidé qu’il était temps de passer sous le radar de la junte pendant un certain temps. Un parent lui a proposé un endroit où se réfugier, mais il devait quand même gagner sa vie, alors il a commencé à vendre des nouilles sur le marché.

Avec un fils à l’université et une fille déjà mariée, ce n’est pas une décision facile à prendre pour lui. Il avait l’habitude de subvenir aux besoins de la famille, mais maintenant que leur seul revenu provenait du travail de couturière de sa femme et il a dû ravaler sa fierté.

« Au début, j’avais tellement honte que j’avais envie de pleurer. J’étais novice dans ce domaine et j’ai eu beaucoup de mal à m’y faire. Mais une fois que j’ai commencé à gagner de l’argent, j’ai fini par aimer ça », a-t-il déclaré. Bien que Win Ko Oo ait parlé librement de son expérience depuis le coup d’État, Myanmar Now a décidé de ne pas publier son histoire après en avoir pris connaissance le mois dernier, afin d’éviter de le mettre en danger. Mais depuis lors, un autre événement a rendu plus importante la révélation du prix énorme qu’il a payé pour suivre ses convictions.

Le 9 septembre, vers 5 heures du matin, alors qu’il effectuait une livraison matinale, Win Ko Oo a été sauvagement battu par un groupe de huit hommes qui lui ont également volé sa moto. Dix jours plus tard, il est mort d’une hémorragie cérébrale.

Pas d’enquête
Pendant les derniers jours de sa vie, Win Ko Oo, inconscient, a été soigné dans un hôpital privé pour une fracture du crâne et de multiples blessures aux bras, aux jambes et aux côtes. Finalement, il est devenu évident qu’il ne se remettrait jamais.
« Nous avons décidé de le ramener à la maison le 18 septembre, car il n’allait pas mieux. Il est mort à la maison le jour suivant », a déclaré un membre de la famille.
L’attaque n’a jamais fait l’objet d’une enquête, en partie parce que sa famille ne l’a pas signalée parce qu’elle ne faisait pas confiance à la police. L’indifférence de la police à l’égard de cette affaire, même après qu’elle a été rendue publique, semble justifier les soupçons de la famille, selon un ami qui a rejeté toute suggestion selon laquelle Win Ko Oo aurait simplement été victime d’un vol qui aurait mal tourné.

« Ça ne pouvait pas être parce qu’ils voulaient sa moto. Il n’y avait pas besoin de le battre comme ça juste pour prendre sa moto. Il est plus probable qu’il soit mort parce qu’il était un leader des cheminots qui ont rejoint le MDP », a déclaré l’ami.
La famille de Win Ko Oo a refusé de commenter son décès, mais a déclaré qu’il n’avait jamais cessé de croire en la lutte pour créer un avenir meilleur pour le peuple du Myanmar. « Il a toujours dit qu’il voulait que cette révolution réussisse, qu’il voulait que les trains fonctionnent à nouveau et qu’il voulait envoyer ses petits-enfants à l’école », a déclaré un membre de la famille.

Voir en ligne :
Myanmar Now

Publié le 3 octobre 2021

Traduction Patrick Le Tréhondat